Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


Partir ou rester - La survie des Grecs d'Istanbul après les pogroms de 1955

Publié par Anna Théodoridès sur 25 Avril 2021, 06:25am

Catégories : #Istanbul, #Nationalisme turc, #Sous la Turquie - l'Anatolie

Voici la rediffusion de la visio-conférence prononcée par Anna Theodoridès le 18 avril 2021, organisée par la Communauté hellénique de Parie et environs.

Les travaux d'Anna Theodorides sont essentiels pour la compréhension de la Turquie. Sa thèse est une analyse d'un "épisode" du processus de nettoyage ethnique: les pogroms contre la population "grecque" d'Istanbul en septembre 1955, suivis de leur expulsion massive. Rappelons que ces "Grecs" (les "Roum") n'étaient justement pas des Grecs (de Grèce) mais des citoyens de la république de Turquie, dont les aïeux étaient présents à Istanbul/Constantinople... depuis toujours! Entre 1955 et 1964, les Turcs ont expulsé ceux qui faisaient l'âme de la Ville, et dénaturé Istanbul.

E.C.

Anna Théodoridès : "Les événements de septembre 1955 ont marqué la mémoire collective des Grecs d’Istanbul : préparées de longue date par les services secrets turcs, ces actes de violences anti-minoritaires ont éclaté principalement à Istanbul, suite à des rumeurs de plastiquage de la maison natale d’Atatürk à Thessalonique. La presse de propagande, Istanbul Ekspres a diffusé cette nouvelle à Istanbul alors que se jouait le sort de Chypre lors de la conférence tripartite à Londres. C’est ainsi qu’à l’initiative des organismes de droite radicale et de l’association « Chypre est turque » soutenue par le pouvoir, plus de 100.000 personnes ont participé aux saccages et destructions de plus de 6000 bâtiments. Ces émeutes ont ciblé principalement les membres de la communauté rûm. Des églises orthodoxes ont été vandalisées avant de brûler, deux cimetières profanés, les commerces saccagés et pillés. Plus d’une soixantaine de femmes ont été violées, quelques popes orthodoxes circoncis. Bilan : 11 morts.

Ce travail est le fruit de ma thèse de doctorat soutenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Je vous propose deux conférences :
La première s’appuie sur l’enquête menée à Istanbul. Elle se concentre sur les membres de la communauté qui résident toujours à Istanbul : ils mènent depuis 1955, une forme de résistance, silencieuse et souterraine en élaborant des stratégies de survie.
 
La seconde conférence vous sera proposée à une date à définir.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents