Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Etienne Copeaux

 

Pinar Strasbourg détail

 

 Le 7 mars prochain, la sociologue et écrivaine féministe Pınar Selek doit à nouveau passer en jugement devant la Cour d'Assises d'Istanbul. Ce procès devait avoir lieu en septembre ; officiellement, il a été reporté à mars pour des raisons « techniques » de procédure. Il nous faut réfléchir à cette nouvelle péripétie à la lumière des vagues d'arrestations qui se sont produites en Turquie, en octobre, décembre et janvier derniers.

Il faut rappeler que Pınar Selek a été arrêtée en 1998 à la suite de ses travaux sociologiques sur l'engagement dans le PKK. Torturée pour livrer les noms de ses informateurs, elle n'a pas parlé. Le parquet a monté contre elle une accusation de complicité dans un attentat à la bombe (affaire du « Marché égyptien », juillet 1998) et requis une peine de prison à perpétuité. Elle a été acquittée en 2000, libérée, puis à nouveau inculpée et jugée en 2006 et 2011, et chaque fois acquittée. Chaque fois, le procureur relançait la machine judiciaire en faisant appel.

Un nouveau procès devait avoir lieu en septembre 2011 ; il a été renvoyé pour des raisons « techniques », le dossier n'ayant pas été transmis à la Cour de Cassation. C'est donc le 7 mars 2012, en principe, que Pınar Selek sera à nouveau jugée.

 

Pınar Selek, après avoir subi la torture et l'emprisonnement, subit une torture psychologique depuis plus de treize ans. Elle est victime d'un acharnement judiciaire proche du déni de justice, au mépris de la Convention européenne des droits de l'Homme dont la Turquie est pourtant signataire. Toujours menacée d'emprisonnement, elle a dû choisir l'exil.

 

Les autorités judiciaires refusent de prendre en compte trois acquittement successifs, refusent de prendre en compte les expertises qui lavent Pınar Selek des accusations de terrorisme.

Pourtant, pour le procès du 7 mars, les perspectives ne sont pas bonnes. Depuis septembre, les vagues d'arrestation se sont succédé, touchant des centaines de personnes : étudiants, chercheurs, journalistes, éditeurs, universitaires. La guerre au sud-est du pays sert de prétexte à une répression d'une ampleur jamais vue depuis le coup d'Etat de 1980.

Il est possible que de nouvelles charges – imaginaires – soient utilisées à l'encontre de la sociologue, pour prolonger indéfiniment le processus judiciaire.

 

Pourquoi un tel acharnement ?

Nous pensons que le pouvoir judiciaire veut faire un exemple. Pınar Selek est une intellectuelle et une militante qui ne s'est jamais montrée conformiste ; elle a toujours choisi de travailler sur et avec les déshérités, les marginaux, les opposants. Elle est emblématique d'une recherche libre et indépendante, qui ne se plie pas aux injonctions du pouvoir.

En la pourchassant sans cesse, en la contraignant à l'exil par la menace d'emprisonnement toujours réelle, on cherche non seulement à la décourager, mais à décourager toute velléité de travail intellectuel qui remettrait en cause le semblant de consensus cimenté par un nationalisme exacerbé.

Dans cette Turquie qui est paraît-il un modèle pour les pays arabes, les opposants sont stigmatisés comme « traîtres » et « terroristes », ce qui a pour effet de les jeter hors de la communauté, et de créer une atmosphère de vindicte propice à la calomnie, à l'agression physique, voire à l'assassinat, comme en a été victime Hrant Dink en 2007.

 

Pınar Selek n'a pas cédé sous la torture physique, elle tient tête sous la torture psychologique.

Pour elle-même, pour la liberté de pensée et d'opinion en Turquie, pour tous les autres emprisonnés, il faut la soutenir !

 


Commenter cet article