Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


21 ans requis pour Sevil Sevimli

Publié par Etienne Copeaux sur 16 Janvier 2013, 14:32pm

Catégories : #La Turquie d'aujourd'hui

 

16.01.2013 13:37

Source: http://www.haberx.com/savci_sevil_sevimlinin_21_yila_kadar_hapsini_istedi_yurtdisi_yasagini_kaldirmadi(17,n,11196856,561).aspx

 

Sevimli-Photo-Havadis16.jpg

Sevil Sevimli à sa sortie du tribunal. Photo Havadis16


Au tribunal de Bursa le procureur a requis 21 ans pour Sevil Sevimli. L'interdiction de quitter le territoire n'a pas été levée.

La consule générale de France Françoise Pontois, le consul honoraire Mehmet Erbak, le député CHP d'Izmir Musa Çam, et une délégation représentant le PCF menée par Dominique Torre et de nombreux journalistes français assistaient au procès.

Les accusés Sevil Sevimli, Burcu Akın, Ceren Cevahir, Kezban Yıldırım et Seren Özçelik ont comparu libres. Ils ont été accusés d' « appartenance à une organisation armée », et de « propagande pour une organisation [illégale] ». La peine de 21 ans a été requise pour chacun d'entre eux sauf Mustafa Erdal Harman qui a été acquitté.

L'avocat de Sevil Sevimli, Inayet Aksu, a demandé la levée de l’interdiction de sortie du territoire pour lui permettre de poursuivre ses études. Mais le tribunal a refusé.

Le verdict du tribunal a été reporté à une date ultérieure.

A la sortie du tribunal, Sevil Sevimli a déclaré : « Oui, je suis de gauche. Je suis socialiste. Je le dis sans m'en cacher. Il n'y a d'ailleurs rien à cacher, c'est ma manière de penser, je défends l'égalité et la démocratie. Et je ne suis pas la seule. On accuse beaucoup de jeunes d'être des « terroristes », simplement pour avoir assisté à un concert du Groupe Yorum, alors que tout cela est légal. Par centaines, des jeunes, des travailleurs, des fonctionnaires, des syndicalistes, des intellectuels, des journalistes sont en prison. Ils ne sont même pas condamnés, ils sont détenus, en préventive. On nous accuse de terrorisme mais nous nous savons bien qui sont les vrais terroristes. Ce sont ceux qui appauvrissent, écrasent, exploitent le peuple. Ce sont eux les terroristes. »

« J'ai connu la prison, et je me considère toujours comme prisonnière, parce que je suis loin de ma famille qui est en France. J'aurais voulu aller en université là bas. Mais on veut faire pression sur moi. »


Commenter cet article

Emmanuel Stoffer 17/01/2013 08:46

Le gouvernement turc (pardon, la justice indépendante turque) veut clairement faire comprendre aux étudiants étrangers qu'ils sont bienvenus pour étudier, mais pas pour se mêler de la vie publique
du pays.

Étienne, qui rend le verdict ? Des juges professionnels, ou un jury ? Peut-on imaginer ensuite un scénario à-la Pinar Selek, avec une Sevil qui en sera pas en prison (par des verdicts sans cess
reportés) mais assignée à résidence en Turquie pour les 20 ans à venir ?

Merci.

Etienne Copeaux 17/01/2013 15:15



Excellente question! C'est une chose tellement évidente que je n'ai jamais pensé à le dire: le droit turc ne connait pas le jury, à ma connaissance tout au moins. J'ai assisté à quelques
audiences de bout en bout, je n'ai vu qu'un président, des juges et des avocats. Le verdict est prononcé par le tribunal après délibération. Le mot jury (jüri) est absent des codes
turcs. 


Il n'empêche que le débat revient régulièrement sur l'opportunité de réformer le droit dans le sens de l'instauration d'un jury. Les Turcs, comme toute la planète, regardent les films et les
séries américaines et commencent à se demander pourquoi eux n'ont pas de jury. La télévision peut modifier les attentes d'une population, même dans ce domaine...


Je crois que le scénario à la Pınar Selek est un peu exceptionnel par sa durée. Dans les affaires auxquelles je me suis intéressé, j'ai constaté beaucoup de condamnations fermes, dans des délais
beaucoup plus "raisonnables" (voir ici et là dans mon blog). Le cas Sevil Sevimli est un peu exceptionnel par la nationalité française de Sevil, le soutien apporté par la presse française et des
personnalités, et la présence des autorités consulaires lors des audiences. Je n'ai pas connu d'autres cas comparables. Est-ce que le tribunal se laissera impressionner? Est-ce qu'au contraire
les juges se "braqueront" contre ce qu'ils pourraient considérer comme une tentative d'influence?


Si Sevil est acquittée, ce sera une étape très importante car alors, logiquement, les tribunaux devraient acquitter des centaines d'étudiants accusés de faits similaires. 


Mais tout le processus judiciaire est actuellement tordu par les lois d'exception anti-terroristes.


Je dois avouer que je vous réponds comme je peux, n'ayant reçu aucune formation juridique (alors que paradoxalement mon blog commence à ressembler à une chronique judiciaire) et encore moins sur
le droit turc. Cela me manque beaucoup.


Enfin, il faut le dire, j'admire le cran de notre jeune Sevil!



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents