Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


10 septembre : Le plus grand procès de presse de l'histoire de la république de Turquie

Publié par TGDP Ankara - traduction E.C. sur 27 Août 2012, 14:04pm

Catégories : #Répression - Justice, #Kurdistan

Appel de la Plateforme de soutien aux journalistes emprisonnés (Tutuklu Gazetecilerle Dayanışma Platformu – TGDP) à la presse et à l’opinion publique

27 août 2012

 

 

« Nous appelons à témoigner du plus grand procès de journalistes de l'histoire turque : 44 journalistes et employés de la presse, dont 35 sont en prison, seront jugés le 10 septembre au tribunal de Çaglayan à Istanbul »

 

 

Ozgur-gundem-4-mars-2012.jpeg 

 

Photo publiée par le journal Özgür Gündem, 4 mars 2012 - "Nous avons tous besoin de la liberté de presse"

 


Le 20 décembre 2011 s'est produite une première dans l'histoire de la presse turque : ce jour-là, 44 journalistes et employés de la presse ont été arrêtés au cours d'une même descente de police visant la presse kurde, dans le cadre des opérations dites « KCK ». Il s'agissait du bureau central du quotidien Özgür Gündem, de l'ensemble des bureaux de l'Agence de presse Dicle (DIHA), de la revue Demokratik Modernite, de l'entreprise de distribution Fırat, de l'agence Etik et de l'imprimerie Gün.

C'était la première fois dans l'histoire de la république de Turquie qu'un si grand nombre de journalistes, quarante-quatre, ont été arrêtés simultanément. Et le 24 décembre, quatre jours plus tard, une autre première s'est réalisée, avec une nouvelle rafle touchant 29 journalistes et 6 employés de presse.

Un véritable crime de masse envers le journalisme.

Cette rafle dirigée contre la liberté de la presse, de l'expression et de l'opinion, et particulièrement contre la presse kurde, s'est faire en application de la loi Toplumla Mücadele yasası, qui est la mouture « AKP » de la loi de répression du terrorisme.

L'acte d'accusation est tragicomique. Les fréquents appels téléphoniques entre les journalistes et employés de presse, qui font partie de leur quotidien et le plus souvent concernent leur travail d'information, sont considérés comme preuve de leur appartenance à une « organisation criminelle ». Ainsi les employés de presse et journalistes deviennent, selon cet acte, des « terroristes membres d'une organisation », voire des « terroristes dirigeants d'une organisation ».

Selon l'acte d'accusation, et les communications téléphoniques en rapport avec la collecte d’informations, passées entre les journalistes, leurs rédactions et les rédacteurs en chef sur des sujets tels que le tremblement de terre [de Van], le harcèlement sexuel sur les lignes de Turkish Airlines [qui a entraîné un grève fin mai], les viols d'enfants détenus dans la prison de Pozantı, les conférences de presse et les manifestation, tout cela prouverait qu'il s'agit d'activités d'une « organisation ».

(…)

Le procès des 44 inculpés commencera le 10 septembre au tribunal de Çaglayan (Istanbul), devant la 15e Haute cour de justice criminelle.

Ce sera le plus grand procès de journalistes de l'histoire de la Turquie.

Le 10 septembre, c'est le procès de l'exercice du journalisme dans la presse kurde qui s'ouvrira.

La Plateforme de soutien aux journalistes emprisonnés (TGDP) appelle toute personne sensible au libre exercice des droits de l'Homme, à la liberté de la presse, de l'opinion et de la pensée, à se rendre à ce procès pour témoigner de son soutien aux journalistes inculpés sans preuves et sans raisons, inculpés simplement parce qu'ils sont journalistes.

La Plateforme exige que les 35 journalistes emprisonnés préventivement soient libérés dès le 10 septembre.

Selon Murat Çakır, de la fondation Rosa Luxemburg, une délégation viendra d'Allemagne. Un groupe d'observateurs internationaux est en cours de formation, venant en particulier d'Autriche et de Suisse. Voici la liste provisoire des participants :

  • Pr. Dr Norman Paech, spécialiste du droit international, ancien député ;

  • Jürgen Reents, rédacteur en chef du journal Neues Deutschland ;

  • Willi van Ooyen, qui représentera le groupe parlementaire Die Linke du Land de Hesse ;

  • Joachim Legatis, membre du comité directeur de l'Union fédérale des journalistes allemands ;

  • Edgar Auth, de l'agence de presse allemande DPA ;

  • Hans-Jürgen Hinzer, représetant de l'Union des victimes du nazisme et du fascisme (Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes – Bund der Antifaschistinnen und Antifaschisten - VVN-BdA)) et responsable fédéral du syndicat NGG ;

  • Christoph Nitz, membre du comité directeur de Rote Reporter ;

  • Benjamin Hiller, photographe de presse ;

  • Murat Çakır, au nom de la Fondation Rosa Luxemburg.

 

Voici l'identité des journalistes emprisonnés :

Selahattin ASLAN: éditeur de la revue Demokratik Modernite

Oktay CANDEMİR: ancien reporter de l'agence Dicle (DİHA) (bureau de Van)

Fatma KOÇAK: rédactrice en chef de Dicle (DİHA)

Kenan KIRKAYA: agence Dicle (DİHA), responsable du bureau d'Ankara

Zeynep KURAY: reporter au quotidien BirGün, employée à l'agence Fırat

Çagdas KAPLAN: agence Dicle (DİHA)

Ismail YILDIZ: rédacteur en chef de Dersim Gazetesi

Semiha ALANKUŞ: agence Dicle (DİHA), responsable du bureau de Diyarbakır

Sadık TOPALOĞLU: agence Dicle (DİHA), bureau d'Urfa

Turabi KİŞİN: éditeur au journal Özgür Gündem

Ertus BOZKURT: éditeur, agence Dicle (DİHA)

Hüseyin DENİZ: ancien journaliste à Özgür Gündem, actuellement reporter à Evrensel

Nahide ERMİŞ: membre du comité fondateur de la revue Demokratik Modernite

Nilgün YILDIZ: reporter à l'agence Dicle (DİHA)

Mazlum ÖZDEMİR: éditeur, agence Dicle (DİHA)

Dilek DEMİRAL: ancien éditeur à Özgür Gündem

Davut UÇAR: journaliste indépendant

Nevin ERDEMİR: éditeur et reporter à Özgür Gündem

M. Emin YILDIRIM: propriétaire et directeur du journal Azadiya Welat

Nurettin FIRAT: rédacteur à Özgür Gündem

Ayse OYMAN: ancienne chef de rubrique à Özgür Gündem

Pervin YERLİKAYA: reporter, agence Dicle (DİHA)

Yüksel GENÇ: rédacteur à Özgür Gündem

Ramazan PEKGÖZ: éditeur, agence Dicle (DİHA)

Zuhal TEKİNER:  agence Dicle (DİHA)

Sibel GÜLER: ancienne éditrice, Özgür Gündem

Ziya ÇİÇEKÇİ: Özgür Gündem gazetesi imtiyaz sahibi

Ömer ÇELİK: reporter, agence Dicle(DİHA)

Ömer ÇİFTÇİ: Demokratik Modernite

 

Employés d'entreprises de presse emprisonnés

 

Cihat ABLAY: employé à l'entreprise de distribution Fırat Dagıtım

Irfan BİLGİÇ: employé à Fırat Dağıtım

Saffet ORMAN: employée à Demokratik Modernite

Çigdem ASLAN: employé à Fırat Dağıtım

HaydarTEKİN: ancien employé à Fırat Dağıtım

Seyhmus FİDAN: employé à Fırat Dağıtım

 

Tutuklu Gazetecilerle Dayanışma Platformu (TGDP)

27 août 2012

 

Contacts :Necati ABAY, porte-parole de TGDP,  portable : 0535 929 75 86,

e-mail :necatiabay@gmail.com,

blog:http://tutuklugazeteciler.blogspot.com,

Twitter:https://twitter.com/necatiabay<https://twitter.com/#!/necatiabay>

Facebook: http://facebook.com/necati.abay

Commenter cet article

Dila Mêhvan 28/08/2012 21:36

Je ris toujours beaucoup des "preuves" utilisées contre les "coupables". Enfin, je ris... je me comprends. C'est d'un ridicule! Dure de se défendre contre ces accusations toujours impeccablement
prouvées. Du coup, on s'interroge: quel(s) argument(s) pourraient bien convaincre ceux qui usent de pareils "raisonnements". Comment raisonner des cerveaux qui ne raisonnent pas? :D

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents