Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


Un entretien sur Sainte-Sophie avec Alican Tayla (OTC)

Publié par Etienne Copeaux, Alican Tayla sur 24 Juillet 2020, 14:20pm

Catégories : #Istanbul, #La Turquie d'aujourd'hui, #Sous la Turquie - l'Anatolie

L'entretien qui suit a été réalisé par Alican Tayla pour l'excellent site d'information et de réflexion (en turc) "1+1 Forum" (birartibir.org). L'Observatoire de la Turquie contemporaine nous a fait l'amitié de le publier en français sur son propre site observatoireturquie.fr. Le lien qui permet d'accéder à l'intégralité du texte figure ci-dessous.

Un entretien sur Sainte-Sophie avec Alican Tayla (OTC)

Alican Tayla : Le président Erdogan a annoncé que le 24 juillet, date anniversaire du Traité de Lausanne, il ira faire la prière du vendredi à Sainte-Sophie. Que vous inspire la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée alors que la basilique avait un statut de musée depuis 1934 ?

Etienne Copeaux : L’ampleur de la réaction des médias occidentaux est étonnante. Au moins Erdogan a eu le « mérite » de faire parler de la Turquie. Avant lui, le pays restait une sorte d’ami désagréable et bizarre, auquel on pardonnait tout, grâce à son ‘image inaltérable d’ « unique pays laïque du monde musulman ». Ce long désintérêt des médias fait que maintenant pour eux tout est nouveau, par conséquent Erdogan leur semble constituer une rupture. Ce qui est nouveau, c’est l’ampleur de la répression. Mais Erdogan est plutôt le produit d’une idéologie déjà ancienne, plutôt qu’une rupture. A mon avis il est utile de s’intéresser aux éléments de continuité.

Je n’ai vu nulle analyse prenant en compte le passé de la controverse sur Sainte-Sophie, aussi bien dans le temps court (jusqu’au années 1950) que le temps long (la valeur sacralisée de la basilique pour les musulmans). La perspective des médias remonte péniblement à Atatürk, mais un Atatürk idéalisé, perçu comme le héros/héraut de la laïcité, dont la transformation de Sainte-Sophie en musée serait le symbole. Mais personne ne voit que c’est un hochet qui a masqué (et continue de masquer efficacement) le nettoyage ethno-religieux opéré en Turquie avant, pendant et après la gouvernance d’Atatürk.

Lire la suite sur le site de l'Observatoire de la Turquie contemporaine (lien)

... ou en turc, sur le site 1+1 (lien).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents