Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


Turquie-Europe : la complaisance fait partie du marchandage

Publié par Etienne Copeaux sur 8 Mars 2016, 08:53am

Catégories : #La Turquie d'aujourd'hui, #Kurdistan

Ce n'est pas en Syrie. C'est Cizre, ville de Turquie, mars 2016

Ce n'est pas en Syrie. C'est Cizre, ville de Turquie, mars 2016

L'Union européenne a donc admis, en cette nuit du 7 au 8 mars 2016, que la Turquie lui est d'un grand secours, indispensable dans la crise des migrations. Que ce fût le sommet de la complaisance, rien d'étonnant puisque celle-ci dure depuis les années trente, renforcée durant la guerre froide. La complaisance envers les crimes contre l'humanité commis par l'Etat turc est vraisemblablement, même si c'est un non-dit, le principal élément du marchandage entre l'Europe et la Turquie. Fermer les yeux sur ce qui se passe à Sur, Cizre et ailleurs, c'est bien plus précieux pour Erdogan et Davutoglu que trois ou même six milliards d'euros.

Ce n'est pas étonnant, puisque la diplomatie est le domaine du calcul cynique. Mais pourquoi des éditorialistes très écoutés s'alignent-ils sur cette attitude alors qu'ils n'ont rien à perdre, eux? Pourquoi cette complaisance de certains médias?

Ce matin, je l'ai vue prendre tour à tour deux formes sur deux stations de radios publiques.

Le premier exemple provient de la rubrique de Bernard Guetta sur France-Inter. Il discernait, comme principal obstacle à l'intégration de la Turquie dans l'UE, le veto que ne manquerait pas d'opposer la république de Chypre. Veto justifié car il ne s'agit pas, comme il voudrait le faire croire, d'un caprice de Grecs obsédés par leur anti-turquisme; mais faisant preuve de complaisance en taisant tous les autres problèmes (libertés fondamentales, crimes contre l'humanité), B. Guetta oubliait de préciser, dans cette question chypriote qui effectivement devrait empêcher même la discussion, qu'un territoire de l'Union européenne est occupé par l'armée turque. Qu'un Etat cherche à intégrer une entité dont il occupe une partie, sans que cela soit dénoncé comme un scandale, c'est tout de même un comble!

Le second exemple provient de France-Culture. Au cours de son éditorial, Brice Couturier, quant à lui, voyait comme obstacle à l'intégration de la Turquie certains manquements aux valeurs européennes. Jugement lui aussi plus que fondé. Mais il citait comme exemple, uniquement, des manquements à la liberté de la presse. Il pensait sans doute à la mise sous tutelle judiciaire, quelques jours plus tôt, du quotidien Zaman - un règlement de comptes entre islamistes, au fond. C'est dire qu'à ses yeux, et aux yeux des dirigeants européens, la destruction de quartiers entiers de villes du Kurdistan turc par l'armée, la police et les milices, les centaines de morts, l'exil forcé, les humiliations, tortures et atrocités... ne sont pas des manquements aux valeurs européennes. Brice Couturier n'a pas vu qu'un manquement à la liberté de la presse, c'est certes très grave, mais que des crimes contre l'humanité, perpétrés de manière répétée depuis le mois d'août, c'est autrement plus grave encore. D'ailleurs, en matière de liberté de la presse, on n'a pas entendu beaucoup de protestations en 2011-1012, lorsque plus de cent journalistes des médias kurdes de Turquie ont été emprisonnés.

 

Voyez sur ce vidéo-reportage signé Fatih Pınar (sous-titré en anglais) ce que l'Europe pardonne aux dirigeants turcs, pour qu'elle accepte le marchandage concernant les réfugiés. La ville de Cizre (prononcer "Djizré"), située sur la frontière turco-syrienne, a subi pendant 79 jours un couvre-feu avec interdition de sortir dans la rue. Sous prétexte de présence de combattants du PKK, la ville a été soumise aux exactions de toutes sortes des milices et des "corps spéciaux" de la police, qui n'ont fait nulle différence entre les combattants et les civils - y compris enfants et vieillards. Le centre-ville est détruit, comme l'est également le centre historique de Diyarbakir, la plus grande ville kurde.

 

Lisez également l'important article rassemblant des témoignages sur Cizre traduits par Naz Öke dans l'excellent kedistan.f.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents