Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


Les victimes du 10 octobre

Publié par Etienne Copeaux sur 13 Octobre 2015, 19:01pm

Catégories : #La Turquie d'aujourd'hui, #Répression - Justice

Texte complété et mis à jour le 17 octobre 2015, 13 heures

Lors des obsèques de Ziya Saygın à Sivas. Photo Serhat Çağdaş publiée par bianet.org

Lors des obsèques de Ziya Saygın à Sivas. Photo Serhat Çağdaş publiée par bianet.org

97 morts selon les données officielles, 105 selon l'Union des médecins turcs. Les rédacteurs de bianet.org ont rassemblé leurs portraits et quelques éléments de leur vie. Les voici. Nous n'avons pas d'autre moyen de leur rendre hommage.

Vous allez rencontrer des jeunes, des vieux, des enfants. Des hommes et des femmes. Un chifonnier, des maçons, des figures connues du syndicalisme. Comme les rédacteurs de bianet.org, je n'ai tenu compte d'aucun catégorisation, aucune hiérarchie. La mort a frappé au hasard.

Voyez vous-mêmes et considérez ce qu'a perdu la Turquie ce 10 octobre.

 

Voici quatre personnes venues ensemble d'Alanya (côte sud), réunies par leurs idéaux politiques et syndicaux, et maintenant par la mort. Les quatre ont été inhumés ensemble à Alanya. C'est d'abord Fatma Batur, dite Filiz, était co-présidente de la branche d'Alanya du HDP. Elle était mère de deux enfants. Bedriye Batur était sa nièce.Voici quatre personnes venues ensemble d'Alanya (côte sud), réunies par leurs idéaux politiques et syndicaux, et maintenant par la mort. Les quatre ont été inhumés ensemble à Alanya. C'est d'abord Fatma Batur, dite Filiz, était co-présidente de la branche d'Alanya du HDP. Elle était mère de deux enfants. Bedriye Batur était sa nièce.

Voici quatre personnes venues ensemble d'Alanya (côte sud), réunies par leurs idéaux politiques et syndicaux, et maintenant par la mort. Les quatre ont été inhumés ensemble à Alanya. C'est d'abord Fatma Batur, dite Filiz, était co-présidente de la branche d'Alanya du HDP. Elle était mère de deux enfants. Bedriye Batur était sa nièce.

Les deux autres d'Alanya sont Nevzat Özbilgi, originaire d'Ağrı (est de la Turquie) était employé du HDP à la section de HDP Şişli (Istanbul). Et Hasan Baykara, à droite ; père de quatre enfants, il était artisan marbrier. Devant la morgue de la médecine légale, sa femme Bedriye s'est exprimée: "Ils étaient partis d'Alanya avec des profs, des syndicalistes, comme à une noce, ils étaient tellement contents qu'ils s'étaient rasés et bien habillés. Parce qu'ils allaient marcher pour la paix. J'ai quatre enfants, et ma fille s'est mariée le 1er septembre, journée de la paix. L'autre fille fait des études pour être professeure de turc, et son père blaguait: tu es kurde et tu veux enseigner le turc!? Il était ami avec tout le monde, tout le monde l'aimait bien, qu'ils soient au CHP, au MHP... Vous en connaissez beaucoup qui disent "Je t'aime" à leur femme après 23 ans de mariage?".  Les deux autres d'Alanya sont Nevzat Özbilgi, originaire d'Ağrı (est de la Turquie) était employé du HDP à la section de HDP Şişli (Istanbul). Et Hasan Baykara, à droite ; père de quatre enfants, il était artisan marbrier. Devant la morgue de la médecine légale, sa femme Bedriye s'est exprimée: "Ils étaient partis d'Alanya avec des profs, des syndicalistes, comme à une noce, ils étaient tellement contents qu'ils s'étaient rasés et bien habillés. Parce qu'ils allaient marcher pour la paix. J'ai quatre enfants, et ma fille s'est mariée le 1er septembre, journée de la paix. L'autre fille fait des études pour être professeure de turc, et son père blaguait: tu es kurde et tu veux enseigner le turc!? Il était ami avec tout le monde, tout le monde l'aimait bien, qu'ils soient au CHP, au MHP... Vous en connaissez beaucoup qui disent "Je t'aime" à leur femme après 23 ans de mariage?".

Les deux autres d'Alanya sont Nevzat Özbilgi, originaire d'Ağrı (est de la Turquie) était employé du HDP à la section de HDP Şişli (Istanbul). Et Hasan Baykara, à droite ; père de quatre enfants, il était artisan marbrier. Devant la morgue de la médecine légale, sa femme Bedriye s'est exprimée: "Ils étaient partis d'Alanya avec des profs, des syndicalistes, comme à une noce, ils étaient tellement contents qu'ils s'étaient rasés et bien habillés. Parce qu'ils allaient marcher pour la paix. J'ai quatre enfants, et ma fille s'est mariée le 1er septembre, journée de la paix. L'autre fille fait des études pour être professeure de turc, et son père blaguait: tu es kurde et tu veux enseigner le turc!? Il était ami avec tout le monde, tout le monde l'aimait bien, qu'ils soient au CHP, au MHP... Vous en connaissez beaucoup qui disent "Je t'aime" à leur femme après 23 ans de mariage?".

Hacı Mehmet Şah Esin, 72 ans, était membre du HDP, venu d'Adana où il a été enterré.

Hacı Mehmet Şah Esin, 72 ans, était membre du HDP, venu d'Adana où il a été enterré.

Ata Önder Atabay est décédé le 15 octobre des suites de ses blessures. Il était originaire de Malatya, enseignant, syndicaliste à Egitim-Sen. Il vivait à Besiktas et attendait son affectation.Ata Önder Atabay est décédé le 15 octobre des suites de ses blessures. Il était originaire de Malatya, enseignant, syndicaliste à Egitim-Sen. Il vivait à Besiktas et attendait son affectation.

Ata Önder Atabay est décédé le 15 octobre des suites de ses blessures. Il était originaire de Malatya, enseignant, syndicaliste à Egitim-Sen. Il vivait à Besiktas et attendait son affectation.

Serdar Ben était membre du syndicat des travailleurs du bâtiment. Il a été inhumé dans le quartier de Gezi à Istanbul le 14 octobre. Descendant d'une famille Arménienne et révolutionnaire. Il était le petit fils de Durse Hermeni (Dursun l'Arménien) qui était resté orphelin suite au génocide contre les Arménien-ne-s de 1915, et frère de Hasan Ben (commandant Rıza) mort dans des affrontements en 1989 (précisions de Sarah Caunes).

Serdar Ben était membre du syndicat des travailleurs du bâtiment. Il a été inhumé dans le quartier de Gezi à Istanbul le 14 octobre. Descendant d'une famille Arménienne et révolutionnaire. Il était le petit fils de Durse Hermeni (Dursun l'Arménien) qui était resté orphelin suite au génocide contre les Arménien-ne-s de 1915, et frère de Hasan Ben (commandant Rıza) mort dans des affrontements en 1989 (précisions de Sarah Caunes).

Erhan Avcı était un simple "hurdacı" d'Adana, ces chiffoniers-ferrailleurs qui passent dans les rues pour récupérer tout ce qu'on jette ; il a été inhumé à Küçükoba (dpt d'Adana). Ümit Seyl était originaire de Tekman (département d'Erzurum). Il venait d'obtenir son examen d'entrée à l'université Yıldırım d'Ankara pour faire des études de finances, en anglais;  deux semaines plus tôt, il était venu vivre dans la capitale où il était hébergé par des camarades. Il est inhumé chez lui à Tekman.Erhan Avcı était un simple "hurdacı" d'Adana, ces chiffoniers-ferrailleurs qui passent dans les rues pour récupérer tout ce qu'on jette ; il a été inhumé à Küçükoba (dpt d'Adana). Ümit Seyl était originaire de Tekman (département d'Erzurum). Il venait d'obtenir son examen d'entrée à l'université Yıldırım d'Ankara pour faire des études de finances, en anglais;  deux semaines plus tôt, il était venu vivre dans la capitale où il était hébergé par des camarades. Il est inhumé chez lui à Tekman.

Erhan Avcı était un simple "hurdacı" d'Adana, ces chiffoniers-ferrailleurs qui passent dans les rues pour récupérer tout ce qu'on jette ; il a été inhumé à Küçükoba (dpt d'Adana). Ümit Seyl était originaire de Tekman (département d'Erzurum). Il venait d'obtenir son examen d'entrée à l'université Yıldırım d'Ankara pour faire des études de finances, en anglais; deux semaines plus tôt, il était venu vivre dans la capitale où il était hébergé par des camarades. Il est inhumé chez lui à Tekman.

Gazi Güray était ouvrier retraité, père de trois enfants; il était venu au meeting d'Ankara accompagné de ses camarades de l'association des Alévis de Mersin; il a été inhumé à Mazgirt, près de Dersim (Tunceli, une région à la fois kurde et alévie). Sabri Elmas était un commerçant de 67 ans, père de huit enfants; il est inhumé à Silvan (département de Diyarbakır). Gazi Güray était ouvrier retraité, père de trois enfants; il était venu au meeting d'Ankara accompagné de ses camarades de l'association des Alévis de Mersin; il a été inhumé à Mazgirt, près de Dersim (Tunceli, une région à la fois kurde et alévie). Sabri Elmas était un commerçant de 67 ans, père de huit enfants; il est inhumé à Silvan (département de Diyarbakır).

Gazi Güray était ouvrier retraité, père de trois enfants; il était venu au meeting d'Ankara accompagné de ses camarades de l'association des Alévis de Mersin; il a été inhumé à Mazgirt, près de Dersim (Tunceli, une région à la fois kurde et alévie). Sabri Elmas était un commerçant de 67 ans, père de huit enfants; il est inhumé à Silvan (département de Diyarbakır).

Abdülbari Şenci était membre du Parti démocratique des peuples (HDP, parti pro-kurde légal), section de Şişli (Istanbul). A droite, Niyazi Büyüksütçü, instituteur retraité, a joué un rôle actif dans la création du syndicat de fonctionnaires KESK (Confédération des syndicats des travailleurs du secteur public). Il fut l'un des fondateurs du parti des Verts et du parti l'Avenir à Gauche; dernièrement il a été co-président de la section du HDP de Gazipasa. Il est inhumé dans la région de Mudurnu (département de Bolu).Abdülbari Şenci était membre du Parti démocratique des peuples (HDP, parti pro-kurde légal), section de Şişli (Istanbul). A droite, Niyazi Büyüksütçü, instituteur retraité, a joué un rôle actif dans la création du syndicat de fonctionnaires KESK (Confédération des syndicats des travailleurs du secteur public). Il fut l'un des fondateurs du parti des Verts et du parti l'Avenir à Gauche; dernièrement il a été co-président de la section du HDP de Gazipasa. Il est inhumé dans la région de Mudurnu (département de Bolu).

Abdülbari Şenci était membre du Parti démocratique des peuples (HDP, parti pro-kurde légal), section de Şişli (Istanbul). A droite, Niyazi Büyüksütçü, instituteur retraité, a joué un rôle actif dans la création du syndicat de fonctionnaires KESK (Confédération des syndicats des travailleurs du secteur public). Il fut l'un des fondateurs du parti des Verts et du parti l'Avenir à Gauche; dernièrement il a été co-président de la section du HDP de Gazipasa. Il est inhumé dans la région de Mudurnu (département de Bolu).

Osman Ervasa, 24 ans, était employé d'aéroport, d'abord à Batman (Kurdistan turc), puis à Ordu (mer Noire). Ramazan Çalışkan, 35 ans, était membre du HDP à Inegöl (département de Bursa, ouest de la Turquie).Osman Ervasa, 24 ans, était employé d'aéroport, d'abord à Batman (Kurdistan turc), puis à Ordu (mer Noire). Ramazan Çalışkan, 35 ans, était membre du HDP à Inegöl (département de Bursa, ouest de la Turquie).

Osman Ervasa, 24 ans, était employé d'aéroport, d'abord à Batman (Kurdistan turc), puis à Ordu (mer Noire). Ramazan Çalışkan, 35 ans, était membre du HDP à Inegöl (département de Bursa, ouest de la Turquie).

Feyyat Deniz était de Diyarbakır, où il a été enterré. Necla Duran, 30 ans, était membre des Maisons du peuple (Halkevleri, un mouvement de la société civile pour l'éducation populaire) ; elle repose à Hatay (Antakya-Antioche, près de la Syrie) d'où elle était originaire.Feyyat Deniz était de Diyarbakır, où il a été enterré. Necla Duran, 30 ans, était membre des Maisons du peuple (Halkevleri, un mouvement de la société civile pour l'éducation populaire) ; elle repose à Hatay (Antakya-Antioche, près de la Syrie) d'où elle était originaire.

Feyyat Deniz était de Diyarbakır, où il a été enterré. Necla Duran, 30 ans, était membre des Maisons du peuple (Halkevleri, un mouvement de la société civile pour l'éducation populaire) ; elle repose à Hatay (Antakya-Antioche, près de la Syrie) d'où elle était originaire.

Osman Turan Bozacı, 58 ans, était enseignant retraité, membre du parti du Travail (EMEP), un parti socialiste "pour une Turquie indépendante et démocratique ; il a été inhumé à Rize (côte pontique). Lors de ses obsèques, son fils Çağlayan a déclaré: ""Il n'était pas seulement mon père mais aussi un camarade. Nous sommes des petites morceaux d'une grande image et c'est celle-là qu'il faut considérer". A droite, İdil Güneyi, 52 ans, mère d'un fils vivant à Bursa, était ingénieure en chef à la TCDD (la compagnie publique de chemins de fer turque) ; elle était diplômée de physique de l'Université de Hacettepe (Ankara) ; elle était une des dirigeantes du Syndicat Uni des Transports (BTS, affilié au KESK).Osman Turan Bozacı, 58 ans, était enseignant retraité, membre du parti du Travail (EMEP), un parti socialiste "pour une Turquie indépendante et démocratique ; il a été inhumé à Rize (côte pontique). Lors de ses obsèques, son fils Çağlayan a déclaré: ""Il n'était pas seulement mon père mais aussi un camarade. Nous sommes des petites morceaux d'une grande image et c'est celle-là qu'il faut considérer". A droite, İdil Güneyi, 52 ans, mère d'un fils vivant à Bursa, était ingénieure en chef à la TCDD (la compagnie publique de chemins de fer turque) ; elle était diplômée de physique de l'Université de Hacettepe (Ankara) ; elle était une des dirigeantes du Syndicat Uni des Transports (BTS, affilié au KESK).

Osman Turan Bozacı, 58 ans, était enseignant retraité, membre du parti du Travail (EMEP), un parti socialiste "pour une Turquie indépendante et démocratique ; il a été inhumé à Rize (côte pontique). Lors de ses obsèques, son fils Çağlayan a déclaré: ""Il n'était pas seulement mon père mais aussi un camarade. Nous sommes des petites morceaux d'une grande image et c'est celle-là qu'il faut considérer". A droite, İdil Güneyi, 52 ans, mère d'un fils vivant à Bursa, était ingénieure en chef à la TCDD (la compagnie publique de chemins de fer turque) ; elle était diplômée de physique de l'Université de Hacettepe (Ankara) ; elle était une des dirigeantes du Syndicat Uni des Transports (BTS, affilié au KESK).

Abdullah Erol, 44 ans, était à lui seul un résumé de la société civile turque : candidat à la députation à Giresun dans les rangs du HDP, membre de la Ligue turque des droits de l'Homme (IHD), de la Göç-Der (association qui regroupe les victimes des déplacements forcés dans le Kurdistan au cours des années 1990) ; également militant écologiste, il était à la Çevre Gönüllüleri Derneği (Association des volontaires pour l'environnement, Çev-Gön), également à KURDİ-DER (association culturelle kurde) et à la section de Diyarbakır d'Amnesty International ; il était marié et père de deux enfants ; ses obsèques ont eu lieu à Teniköy (département de Diyarbakır). Mehmet Hayta, à droite, était, à Malatya (Kurdistan turc) membre des jeunesses du CHP (parti kémaliste, gauche modérée) et étudiant en sports à l'université Inönü ; il a été inhumé à Malatya.Abdullah Erol, 44 ans, était à lui seul un résumé de la société civile turque : candidat à la députation à Giresun dans les rangs du HDP, membre de la Ligue turque des droits de l'Homme (IHD), de la Göç-Der (association qui regroupe les victimes des déplacements forcés dans le Kurdistan au cours des années 1990) ; également militant écologiste, il était à la Çevre Gönüllüleri Derneği (Association des volontaires pour l'environnement, Çev-Gön), également à KURDİ-DER (association culturelle kurde) et à la section de Diyarbakır d'Amnesty International ; il était marié et père de deux enfants ; ses obsèques ont eu lieu à Teniköy (département de Diyarbakır). Mehmet Hayta, à droite, était, à Malatya (Kurdistan turc) membre des jeunesses du CHP (parti kémaliste, gauche modérée) et étudiant en sports à l'université Inönü ; il a été inhumé à Malatya.

Abdullah Erol, 44 ans, était à lui seul un résumé de la société civile turque : candidat à la députation à Giresun dans les rangs du HDP, membre de la Ligue turque des droits de l'Homme (IHD), de la Göç-Der (association qui regroupe les victimes des déplacements forcés dans le Kurdistan au cours des années 1990) ; également militant écologiste, il était à la Çevre Gönüllüleri Derneği (Association des volontaires pour l'environnement, Çev-Gön), également à KURDİ-DER (association culturelle kurde) et à la section de Diyarbakır d'Amnesty International ; il était marié et père de deux enfants ; ses obsèques ont eu lieu à Teniköy (département de Diyarbakır). Mehmet Hayta, à droite, était, à Malatya (Kurdistan turc) membre des jeunesses du CHP (parti kémaliste, gauche modérée) et étudiant en sports à l'université Inönü ; il a été inhumé à Malatya.

Özver Gökhan Arpaçay, 32 ans, était professeur de mathématiques à Istanbul et membre du syndicat des employés du secteur public KESK ; il a été inhumé à Kars. Şirin Kılıçalp, 34 ans, née à Kulu (département de Konya), enseignait le turc au collège Hacı Ethem Üktem à Istanbul ; elle était également comédienne dans la troupe du Théâtre féminin du syndicat Egitim-Sen (syndicat d'enseignants) d'Istanbul.Özver Gökhan Arpaçay, 32 ans, était professeur de mathématiques à Istanbul et membre du syndicat des employés du secteur public KESK ; il a été inhumé à Kars. Şirin Kılıçalp, 34 ans, née à Kulu (département de Konya), enseignait le turc au collège Hacı Ethem Üktem à Istanbul ; elle était également comédienne dans la troupe du Théâtre féminin du syndicat Egitim-Sen (syndicat d'enseignants) d'Istanbul.

Özver Gökhan Arpaçay, 32 ans, était professeur de mathématiques à Istanbul et membre du syndicat des employés du secteur public KESK ; il a été inhumé à Kars. Şirin Kılıçalp, 34 ans, née à Kulu (département de Konya), enseignait le turc au collège Hacı Ethem Üktem à Istanbul ; elle était également comédienne dans la troupe du Théâtre féminin du syndicat Egitim-Sen (syndicat d'enseignants) d'Istanbul.

Uygar Coşkun, 33 ans, était avocat, marié, père d'un garçon d'un an. Ses confrères d'Ankara lui ont rendu un hommage devant le palais de justice d'Ankara. Il a été inhumé à la cemevi (lieu de culte des Alévis) de Batıkent (Ankara). Ahmet Alkhadi, 27 ans, était Palestinien ; il participait au meeting avec ses camarades de la Maison du peuple de Hatay (Antioche) où il donnait des cours d'arabe et d'anglais pour gagner sa vie et envoyer de l'aide à sa famille ; un lieu de recueillement a été dressé devant son domicile à Gaza. D'après les déclarations de son père à Gaza, il lui tardait de revenir en Palestine où il comptait se marier.Uygar Coşkun, 33 ans, était avocat, marié, père d'un garçon d'un an. Ses confrères d'Ankara lui ont rendu un hommage devant le palais de justice d'Ankara. Il a été inhumé à la cemevi (lieu de culte des Alévis) de Batıkent (Ankara). Ahmet Alkhadi, 27 ans, était Palestinien ; il participait au meeting avec ses camarades de la Maison du peuple de Hatay (Antioche) où il donnait des cours d'arabe et d'anglais pour gagner sa vie et envoyer de l'aide à sa famille ; un lieu de recueillement a été dressé devant son domicile à Gaza. D'après les déclarations de son père à Gaza, il lui tardait de revenir en Palestine où il comptait se marier.

Uygar Coşkun, 33 ans, était avocat, marié, père d'un garçon d'un an. Ses confrères d'Ankara lui ont rendu un hommage devant le palais de justice d'Ankara. Il a été inhumé à la cemevi (lieu de culte des Alévis) de Batıkent (Ankara). Ahmet Alkhadi, 27 ans, était Palestinien ; il participait au meeting avec ses camarades de la Maison du peuple de Hatay (Antioche) où il donnait des cours d'arabe et d'anglais pour gagner sa vie et envoyer de l'aide à sa famille ; un lieu de recueillement a été dressé devant son domicile à Gaza. D'après les déclarations de son père à Gaza, il lui tardait de revenir en Palestine où il comptait se marier.

Nurullah Erdoğan militait à la DEM-GENÇ (Fédération des associations de la jeunesse démocrate) et au HDP, section de Şişli (Istanbul). Gözde Arslan venait de Malatya où elle était membre de la branche jeunesse du parti kémaliste CHP.Nurullah Erdoğan militait à la DEM-GENÇ (Fédération des associations de la jeunesse démocrate) et au HDP, section de Şişli (Istanbul). Gözde Arslan venait de Malatya où elle était membre de la branche jeunesse du parti kémaliste CHP.

Nurullah Erdoğan militait à la DEM-GENÇ (Fédération des associations de la jeunesse démocrate) et au HDP, section de Şişli (Istanbul). Gözde Arslan venait de Malatya où elle était membre de la branche jeunesse du parti kémaliste CHP.

Trois membres et militants du HDP d'Üsküdar (rive asiatique d'Istanbul) : Aycan Kaya, 42 ans, mère de quatre enfants, était co-présidente de la section, où militait également Cemal Avşar (au centre) ; Aycan a été inhumée à Batman (Kurdistan, à l'est de Diyarbakır). A droite, Fatma Karabulut, 43 ans, était employée par la direction de la même section ; elle a été inhumée en son village de Kırkışla, s/p de Cihanbeyli (département de Konya, centre Anatolie). Trois membres et militants du HDP d'Üsküdar (rive asiatique d'Istanbul) : Aycan Kaya, 42 ans, mère de quatre enfants, était co-présidente de la section, où militait également Cemal Avşar (au centre) ; Aycan a été inhumée à Batman (Kurdistan, à l'est de Diyarbakır). A droite, Fatma Karabulut, 43 ans, était employée par la direction de la même section ; elle a été inhumée en son village de Kırkışla, s/p de Cihanbeyli (département de Konya, centre Anatolie). Trois membres et militants du HDP d'Üsküdar (rive asiatique d'Istanbul) : Aycan Kaya, 42 ans, mère de quatre enfants, était co-présidente de la section, où militait également Cemal Avşar (au centre) ; Aycan a été inhumée à Batman (Kurdistan, à l'est de Diyarbakır). A droite, Fatma Karabulut, 43 ans, était employée par la direction de la même section ; elle a été inhumée en son village de Kırkışla, s/p de Cihanbeyli (département de Konya, centre Anatolie).

Trois membres et militants du HDP d'Üsküdar (rive asiatique d'Istanbul) : Aycan Kaya, 42 ans, mère de quatre enfants, était co-présidente de la section, où militait également Cemal Avşar (au centre) ; Aycan a été inhumée à Batman (Kurdistan, à l'est de Diyarbakır). A droite, Fatma Karabulut, 43 ans, était employée par la direction de la même section ; elle a été inhumée en son village de Kırkışla, s/p de Cihanbeyli (département de Konya, centre Anatolie).

Mehmet Tevfik Dalgıç était originaire d'Alanya (côte sud), de même que Sevim Şinik (à droite).Mehmet Tevfik Dalgıç était originaire d'Alanya (côte sud), de même que Sevim Şinik (à droite).

Mehmet Tevfik Dalgıç était originaire d'Alanya (côte sud), de même que Sevim Şinik (à droite).

Ramazan Tunç, 24 ans, père de quatre enfants, était ouvrier du bâtiment à Istanbul ; il porte ici autour du cou les couleurs kurdes; il a été inhumé à Van. A droite, Erol Ekici, 38 ans, était également ouvrier du bâtiment à Istanbul, et membre du syndicat de cette branche professionnelle; il a été inhumé au village de Beşsaray, département d'Erzincan.Ramazan Tunç, 24 ans, père de quatre enfants, était ouvrier du bâtiment à Istanbul ; il porte ici autour du cou les couleurs kurdes; il a été inhumé à Van. A droite, Erol Ekici, 38 ans, était également ouvrier du bâtiment à Istanbul, et membre du syndicat de cette branche professionnelle; il a été inhumé au village de Beşsaray, département d'Erzincan.

Ramazan Tunç, 24 ans, père de quatre enfants, était ouvrier du bâtiment à Istanbul ; il porte ici autour du cou les couleurs kurdes; il a été inhumé à Van. A droite, Erol Ekici, 38 ans, était également ouvrier du bâtiment à Istanbul, et membre du syndicat de cette branche professionnelle; il a été inhumé au village de Beşsaray, département d'Erzincan.

Metin Peşman était un des dirigeants de l'Association culturelle Pir Sultan Abdal, une très importante organisation alévie. Il a été inhumé à Tarsus (sud de la Turquie). Mesut Mak, au centre, était membre du Parti du travail EMEP et membre du conseil de direction du syndicat Tarım-Orman (agriculture et forêts) d'Izmir ; son frère Kenan Mak avait été assassiné en 1998 alors qu'il était étudiant à Bolu ; Mesut a été inhumé à Dersim (Tunceli) aux côtés d'Adil Gür (à droite, le portrait exposé lors des obsèques) qui était membre du Parti du travail à Dersim.Metin Peşman était un des dirigeants de l'Association culturelle Pir Sultan Abdal, une très importante organisation alévie. Il a été inhumé à Tarsus (sud de la Turquie). Mesut Mak, au centre, était membre du Parti du travail EMEP et membre du conseil de direction du syndicat Tarım-Orman (agriculture et forêts) d'Izmir ; son frère Kenan Mak avait été assassiné en 1998 alors qu'il était étudiant à Bolu ; Mesut a été inhumé à Dersim (Tunceli) aux côtés d'Adil Gür (à droite, le portrait exposé lors des obsèques) qui était membre du Parti du travail à Dersim.Metin Peşman était un des dirigeants de l'Association culturelle Pir Sultan Abdal, une très importante organisation alévie. Il a été inhumé à Tarsus (sud de la Turquie). Mesut Mak, au centre, était membre du Parti du travail EMEP et membre du conseil de direction du syndicat Tarım-Orman (agriculture et forêts) d'Izmir ; son frère Kenan Mak avait été assassiné en 1998 alors qu'il était étudiant à Bolu ; Mesut a été inhumé à Dersim (Tunceli) aux côtés d'Adil Gür (à droite, le portrait exposé lors des obsèques) qui était membre du Parti du travail à Dersim.

Metin Peşman était un des dirigeants de l'Association culturelle Pir Sultan Abdal, une très importante organisation alévie. Il a été inhumé à Tarsus (sud de la Turquie). Mesut Mak, au centre, était membre du Parti du travail EMEP et membre du conseil de direction du syndicat Tarım-Orman (agriculture et forêts) d'Izmir ; son frère Kenan Mak avait été assassiné en 1998 alors qu'il était étudiant à Bolu ; Mesut a été inhumé à Dersim (Tunceli) aux côtés d'Adil Gür (à droite, le portrait exposé lors des obsèques) qui était membre du Parti du travail à Dersim.

Abdülkadir Uyan 26 ans, originaire de Bingöl, venu à Istanbul en 2013 pour faire des études d'ingénieur en électronique. Son frère ainé avait ouvert à Bingöl un bureau d'études. Abdülkadir s'était inscrit en licence la veille de l'attentat. Il a été inhumé dans son village de Mutluca, s/p de Solhan, département de Bingöl (Kurdistan turc). A droite, Metin Kürklü 53 ans, retraité et président de la branche du parti du travail (EMEP) de Merzifon. Il est venu d'Amasya avec des camarades pour participer au meeting d'Ankara. C'était son anniversaire. Il a été ihunmé le 11 octobre à Merzifon (département d'Amasya, au nord-est d'Ankara)).Abdülkadir Uyan 26 ans, originaire de Bingöl, venu à Istanbul en 2013 pour faire des études d'ingénieur en électronique. Son frère ainé avait ouvert à Bingöl un bureau d'études. Abdülkadir s'était inscrit en licence la veille de l'attentat. Il a été inhumé dans son village de Mutluca, s/p de Solhan, département de Bingöl (Kurdistan turc). A droite, Metin Kürklü 53 ans, retraité et président de la branche du parti du travail (EMEP) de Merzifon. Il est venu d'Amasya avec des camarades pour participer au meeting d'Ankara. C'était son anniversaire. Il a été ihunmé le 11 octobre à Merzifon (département d'Amasya, au nord-est d'Ankara)).

Abdülkadir Uyan 26 ans, originaire de Bingöl, venu à Istanbul en 2013 pour faire des études d'ingénieur en électronique. Son frère ainé avait ouvert à Bingöl un bureau d'études. Abdülkadir s'était inscrit en licence la veille de l'attentat. Il a été inhumé dans son village de Mutluca, s/p de Solhan, département de Bingöl (Kurdistan turc). A droite, Metin Kürklü 53 ans, retraité et président de la branche du parti du travail (EMEP) de Merzifon. Il est venu d'Amasya avec des camarades pour participer au meeting d'Ankara. C'était son anniversaire. Il a été ihunmé le 11 octobre à Merzifon (département d'Amasya, au nord-est d'Ankara)).

Gökhan Akman, 21 ans, étudiant en 4e année de l'université d'Uşak (ouest de la Turquie), en ingénierie mécanique ; membre du Parti du travail EMEP. A droite, Orhan Işıktaş, originaire de la région de Tarsus, étudiant en 3e année de logistique à l'université Selçuk à Ankara.Gökhan Akman, 21 ans, étudiant en 4e année de l'université d'Uşak (ouest de la Turquie), en ingénierie mécanique ; membre du Parti du travail EMEP. A droite, Orhan Işıktaş, originaire de la région de Tarsus, étudiant en 3e année de logistique à l'université Selçuk à Ankara.

Gökhan Akman, 21 ans, étudiant en 4e année de l'université d'Uşak (ouest de la Turquie), en ingénierie mécanique ; membre du Parti du travail EMEP. A droite, Orhan Işıktaş, originaire de la région de Tarsus, étudiant en 3e année de logistique à l'université Selçuk à Ankara.

A gauche Gülhan Karlı Elmascan, enseignante, le jour de son mariage avec Yılmaz, machiniste à la compagnie des chemins de fer (TCDD) ; ils s'étaient mariés voici un an et venaient d'Adana. A droite, Nevzat Sayan travaillait également à la TCDD ; membre du syndicat KESK.A gauche Gülhan Karlı Elmascan, enseignante, le jour de son mariage avec Yılmaz, machiniste à la compagnie des chemins de fer (TCDD) ; ils s'étaient mariés voici un an et venaient d'Adana. A droite, Nevzat Sayan travaillait également à la TCDD ; membre du syndicat KESK.

A gauche Gülhan Karlı Elmascan, enseignante, le jour de son mariage avec Yılmaz, machiniste à la compagnie des chemins de fer (TCDD) ; ils s'étaient mariés voici un an et venaient d'Adana. A droite, Nevzat Sayan travaillait également à la TCDD ; membre du syndicat KESK.

A gauche, Bilgen Parlak, 45 ans, père de deux enfants, mécanicien à la gare d'Ankara. Membre du syndicat de cheminots affilié à KESK. A droite,  Hacı Kıvrak, employé des chemins de fer depuis 25 ans ; père de deux enfants.A gauche, Bilgen Parlak, 45 ans, père de deux enfants, mécanicien à la gare d'Ankara. Membre du syndicat de cheminots affilié à KESK. A droite,  Hacı Kıvrak, employé des chemins de fer depuis 25 ans ; père de deux enfants.

A gauche, Bilgen Parlak, 45 ans, père de deux enfants, mécanicien à la gare d'Ankara. Membre du syndicat de cheminots affilié à KESK. A droite, Hacı Kıvrak, employé des chemins de fer depuis 25 ans ; père de deux enfants.

A gauche, Rıdvan Akgül était employé des chemins de fer (TCDD) à Adana et secrétaire de la section du syndicat des transports (BTS affilié à KESK) de cette ville. A droite, Fevzi Fert, 45 ans, marié et père de trois enfants, était technicien aux ateliers ferroviaires d'Iskenderun et membre du syndicat des transports BTS-KESK.A gauche, Rıdvan Akgül était employé des chemins de fer (TCDD) à Adana et secrétaire de la section du syndicat des transports (BTS affilié à KESK) de cette ville. A droite, Fevzi Fert, 45 ans, marié et père de trois enfants, était technicien aux ateliers ferroviaires d'Iskenderun et membre du syndicat des transports BTS-KESK.

A gauche, Rıdvan Akgül était employé des chemins de fer (TCDD) à Adana et secrétaire de la section du syndicat des transports (BTS affilié à KESK) de cette ville. A droite, Fevzi Fert, 45 ans, marié et père de trois enfants, était technicien aux ateliers ferroviaires d'Iskenderun et membre du syndicat des transports BTS-KESK.

A gauche, Gökmen Dalmaç, 38 ans, était président de la section du Parti du travail (EMEP) pour Beyoğlu (centre d'Istanbul). Originaire de Trabzon, il vivait à Istanbul depuis quelques années. A droite, Elif Kanlıoğlu, 20 ans, était originaire d'Artvin (mer Noire orientale) mais était étudiante en langues étrangères à Mersin ; lors de ses obsèques, son père a déclaré : « Ma fille était laze (une ethnie de la mer Noire), à ses côtés des Kurdes, des Tcherkesses, des Turcs, des enfants, et des gens qui voulaient la paix, tous sont morts ; maintenant nous disons : ça suffit ! »A gauche, Gökmen Dalmaç, 38 ans, était président de la section du Parti du travail (EMEP) pour Beyoğlu (centre d'Istanbul). Originaire de Trabzon, il vivait à Istanbul depuis quelques années. A droite, Elif Kanlıoğlu, 20 ans, était originaire d'Artvin (mer Noire orientale) mais était étudiante en langues étrangères à Mersin ; lors de ses obsèques, son père a déclaré : « Ma fille était laze (une ethnie de la mer Noire), à ses côtés des Kurdes, des Tcherkesses, des Turcs, des enfants, et des gens qui voulaient la paix, tous sont morts ; maintenant nous disons : ça suffit ! »

A gauche, Gökmen Dalmaç, 38 ans, était président de la section du Parti du travail (EMEP) pour Beyoğlu (centre d'Istanbul). Originaire de Trabzon, il vivait à Istanbul depuis quelques années. A droite, Elif Kanlıoğlu, 20 ans, était originaire d'Artvin (mer Noire orientale) mais était étudiante en langues étrangères à Mersin ; lors de ses obsèques, son père a déclaré : « Ma fille était laze (une ethnie de la mer Noire), à ses côtés des Kurdes, des Tcherkesses, des Turcs, des enfants, et des gens qui voulaient la paix, tous sont morts ; maintenant nous disons : ça suffit ! »

A gauche, Hakan Dursun Akalın était enseignant à Amasya, membre du Parti du travail EMEP. A droite, Ercan Adsız, 42 ans,  était président de la section de Çanakkale du Parti du travail EMEP.A gauche, Hakan Dursun Akalın était enseignant à Amasya, membre du Parti du travail EMEP. A droite, Ercan Adsız, 42 ans,  était président de la section de Çanakkale du Parti du travail EMEP.

A gauche, Hakan Dursun Akalın était enseignant à Amasya, membre du Parti du travail EMEP. A droite, Ercan Adsız, 42 ans, était président de la section de Çanakkale du Parti du travail EMEP.

A gauche, Ayşe Deniz était membre du HDP à Karşıyaka (Izmir) et employée du fisc. A droite, Berna Koç était également d'Izmir, étudiante et gagnait sa vie comme femme de ménage. Elle avait passé avec succès ses examens dans la section cartographie et cadastre de l'université Koç ; elle militait également dans les milieux syndicalistes et pour la cause des LGBT.A gauche, Ayşe Deniz était membre du HDP à Karşıyaka (Izmir) et employée du fisc. A droite, Berna Koç était également d'Izmir, étudiante et gagnait sa vie comme femme de ménage. Elle avait passé avec succès ses examens dans la section cartographie et cadastre de l'université Koç ; elle militait également dans les milieux syndicalistes et pour la cause des LGBT.

A gauche, Ayşe Deniz était membre du HDP à Karşıyaka (Izmir) et employée du fisc. A droite, Berna Koç était également d'Izmir, étudiante et gagnait sa vie comme femme de ménage. Elle avait passé avec succès ses examens dans la section cartographie et cadastre de l'université Koç ; elle militait également dans les milieux syndicalistes et pour la cause des LGBT.

A gauche Fatma Esen, 45 ans, membre du HDP, mère de deux enfants, originaire d'Istanbul. A droite, Gülbahar Aydeniz, de Malatya, est l'une des onze personnes membres des jeunesses du parti CHP (kémaliste, gauche modérée) qui ont perdu la vie à Ankara. A gauche Fatma Esen, 45 ans, membre du HDP, mère de deux enfants, originaire d'Istanbul. A droite, Gülbahar Aydeniz, de Malatya, est l'une des onze personnes membres des jeunesses du parti CHP (kémaliste, gauche modérée) qui ont perdu la vie à Ankara.

A gauche Fatma Esen, 45 ans, membre du HDP, mère de deux enfants, originaire d'Istanbul. A droite, Gülbahar Aydeniz, de Malatya, est l'une des onze personnes membres des jeunesses du parti CHP (kémaliste, gauche modérée) qui ont perdu la vie à Ankara.

A gauche Eren Akın, 19 ans, était membre des jeunesses du CHP à Malatya ; il s'est représenté ici en selfie avec Kemal Kılıçdaroğlu, président du CHP. A droite, Canberk Bakış était étudiant en économie à l'université Adnan Menderes à Aydın (région Egée). Il est inhumé à Malatya.A gauche Eren Akın, 19 ans, était membre des jeunesses du CHP à Malatya ; il s'est représenté ici en selfie avec Kemal Kılıçdaroğlu, président du CHP. A droite, Canberk Bakış était étudiant en économie à l'université Adnan Menderes à Aydın (région Egée). Il est inhumé à Malatya.

A gauche Eren Akın, 19 ans, était membre des jeunesses du CHP à Malatya ; il s'est représenté ici en selfie avec Kemal Kılıçdaroğlu, président du CHP. A droite, Canberk Bakış était étudiant en économie à l'université Adnan Menderes à Aydın (région Egée). Il est inhumé à Malatya.

A gauche, Tayfun Benol,  54 ans, était diplômé  en relations internationales de l'Université d'Istanbul (1988) ; depuis ses années de lycée, il militait pour le socialisme ; il était rédacteur en chef de la revue Politika, et était responsable à bianet.org de la couverture de la célébration du centenaire du génocide des Arméniens ; son amie Gülengül Altıntaş a écrit sur Tayfun "Tayfun Benol, Bir Güzel İnsan". A droite, Nizamettin Bağcı, 56 ans, était ouvrier du bâtiment, père de deux enfants , originaire de Manisa (centre-ouest de la Turquie).A gauche, Tayfun Benol,  54 ans, était diplômé  en relations internationales de l'Université d'Istanbul (1988) ; depuis ses années de lycée, il militait pour le socialisme ; il était rédacteur en chef de la revue Politika, et était responsable à bianet.org de la couverture de la célébration du centenaire du génocide des Arméniens ; son amie Gülengül Altıntaş a écrit sur Tayfun "Tayfun Benol, Bir Güzel İnsan". A droite, Nizamettin Bağcı, 56 ans, était ouvrier du bâtiment, père de deux enfants , originaire de Manisa (centre-ouest de la Turquie).

A gauche, Tayfun Benol, 54 ans, était diplômé en relations internationales de l'Université d'Istanbul (1988) ; depuis ses années de lycée, il militait pour le socialisme ; il était rédacteur en chef de la revue Politika, et était responsable à bianet.org de la couverture de la célébration du centenaire du génocide des Arméniens ; son amie Gülengül Altıntaş a écrit sur Tayfun "Tayfun Benol, Bir Güzel İnsan". A droite, Nizamettin Bağcı, 56 ans, était ouvrier du bâtiment, père de deux enfants , originaire de Manisa (centre-ouest de la Turquie).

Kasım Otur, 48 ans, était l'ancien président de la section de Malatya du syndicat des transports publics BTS, affilié à KESK ; il était père d'un enfant. A droite, Başak Sidar Çevik, 21 ans, était étudiante en génie du bâtiment ; elle avait rejoint une partie de sa famille au lieu de rassemblement du meeting ; sa tante Nilgün, mère de trois enfants, qui avait vaincu le cancer, est morte avec elle ; elles ont été inhumées à Suruç (est de la Turquie, lieu d'un attentat semblable le 20 juillet 2015) sur la frontière syrienne).Kasım Otur, 48 ans, était l'ancien président de la section de Malatya du syndicat des transports publics BTS, affilié à KESK ; il était père d'un enfant. A droite, Başak Sidar Çevik, 21 ans, était étudiante en génie du bâtiment ; elle avait rejoint une partie de sa famille au lieu de rassemblement du meeting ; sa tante Nilgün, mère de trois enfants, qui avait vaincu le cancer, est morte avec elle ; elles ont été inhumées à Suruç (est de la Turquie, lieu d'un attentat semblable le 20 juillet 2015) sur la frontière syrienne).

Kasım Otur, 48 ans, était l'ancien président de la section de Malatya du syndicat des transports publics BTS, affilié à KESK ; il était père d'un enfant. A droite, Başak Sidar Çevik, 21 ans, était étudiante en génie du bâtiment ; elle avait rejoint une partie de sa famille au lieu de rassemblement du meeting ; sa tante Nilgün, mère de trois enfants, qui avait vaincu le cancer, est morte avec elle ; elles ont été inhumées à Suruç (est de la Turquie, lieu d'un attentat semblable le 20 juillet 2015) sur la frontière syrienne).

Resul Yanar était ouvrier du bâtiment près de Manisa (région Egée), marié et père de quatre enfants. A droite, Ali Kılıç était l'un des responsables de la section jeunesse du parti CHP (kémaliste, gauche modérée) à Malatya (centre) ; il venait d'être libéré du service militaire qu'il avait accompli à Hakkari, dans une zone très troublée.Resul Yanar était ouvrier du bâtiment près de Manisa (région Egée), marié et père de quatre enfants. A droite, Ali Kılıç était l'un des responsables de la section jeunesse du parti CHP (kémaliste, gauche modérée) à Malatya (centre) ; il venait d'être libéré du service militaire qu'il avait accompli à Hakkari, dans une zone très troublée.

Resul Yanar était ouvrier du bâtiment près de Manisa (région Egée), marié et père de quatre enfants. A droite, Ali Kılıç était l'un des responsables de la section jeunesse du parti CHP (kémaliste, gauche modérée) à Malatya (centre) ; il venait d'être libéré du service militaire qu'il avait accompli à Hakkari, dans une zone très troublée.

Tekin Aslan était l'un des fondateurs du syndicat des ouvriers du bâtiment, il venait d'Istanbul. Sezen Vurmaz, 52 ans, était de Malatya ; elle était venue à Ankara avec sa fille de 15 ans, qui a été gravement blessée.Tekin Aslan était l'un des fondateurs du syndicat des ouvriers du bâtiment, il venait d'Istanbul. Sezen Vurmaz, 52 ans, était de Malatya ; elle était venue à Ankara avec sa fille de 15 ans, qui a été gravement blessée.

Tekin Aslan était l'un des fondateurs du syndicat des ouvriers du bâtiment, il venait d'Istanbul. Sezen Vurmaz, 52 ans, était de Malatya ; elle était venue à Ankara avec sa fille de 15 ans, qui a été gravement blessée.

Onur et Umut Tan étaient cousins. Ils font partie du groupe des Jeunesses du CHP de Malatya, dont onze ont perdu la vie à Ankara. Sarıgül Tüylü, 35 ans, était une parente des deux cousins, mère de deux enfants de 5 et 10 ans ; elle était membre du HDP de Sarıyer (Istanbul) ; elle a été inhumée à la cemevi (lieu de célébration des Alévis), et son cercueil a été porté sur les épaules des femmes.Onur et Umut Tan étaient cousins. Ils font partie du groupe des Jeunesses du CHP de Malatya, dont onze ont perdu la vie à Ankara. Sarıgül Tüylü, 35 ans, était une parente des deux cousins, mère de deux enfants de 5 et 10 ans ; elle était membre du HDP de Sarıyer (Istanbul) ; elle a été inhumée à la cemevi (lieu de célébration des Alévis), et son cercueil a été porté sur les épaules des femmes.

Onur et Umut Tan étaient cousins. Ils font partie du groupe des Jeunesses du CHP de Malatya, dont onze ont perdu la vie à Ankara. Sarıgül Tüylü, 35 ans, était une parente des deux cousins, mère de deux enfants de 5 et 10 ans ; elle était membre du HDP de Sarıyer (Istanbul) ; elle a été inhumée à la cemevi (lieu de célébration des Alévis), et son cercueil a été porté sur les épaules des femmes.

Dilan Sarıkaya, 22 ans, était étudiante en archéologie à l'université de Çukurova (Adana, sud de la Turquie) ; elle était membre du parti du Travail EMEP. Au centre, Ali Kitapçı était employé des chemins de fer, secrétaire de la section d'Ankara du syndicat des Transports publics BTS (KESK) ; il était anarchiste. A droite, Emel sa femme, lors de ses obsèques.Dilan Sarıkaya, 22 ans, était étudiante en archéologie à l'université de Çukurova (Adana, sud de la Turquie) ; elle était membre du parti du Travail EMEP. Au centre, Ali Kitapçı était employé des chemins de fer, secrétaire de la section d'Ankara du syndicat des Transports publics BTS (KESK) ; il était anarchiste. A droite, Emel sa femme, lors de ses obsèques.Dilan Sarıkaya, 22 ans, était étudiante en archéologie à l'université de Çukurova (Adana, sud de la Turquie) ; elle était membre du parti du Travail EMEP. Au centre, Ali Kitapçı était employé des chemins de fer, secrétaire de la section d'Ankara du syndicat des Transports publics BTS (KESK) ; il était anarchiste. A droite, Emel sa femme, lors de ses obsèques.

Dilan Sarıkaya, 22 ans, était étudiante en archéologie à l'université de Çukurova (Adana, sud de la Turquie) ; elle était membre du parti du Travail EMEP. Au centre, Ali Kitapçı était employé des chemins de fer, secrétaire de la section d'Ankara du syndicat des Transports publics BTS (KESK) ; il était anarchiste. A droite, Emel sa femme, lors de ses obsèques.

İsmail Kızılçay, 49 ans, était membre du syndicat des ouvriers du bâtiment ; père de deux enfants, il avait été sérieusement blessé lors d'une manifestation en mémoire d'Ethem Sarısülük, l'une des victimes du mouvement de Gezi (photo du centre) ; il avait été portefaix, employé des dépôts, employé à la propreté... Il a été inhumé à Tosya (département de Kastamonu).  A droite Muhammet Demir, 19 ans, était étudiant en physiologie des neurones au CHU Al-Biruni d'Istanbul ; il était originaire du village de Bağışlı, Hakkari (extrême-est) où il a été inhumé.İsmail Kızılçay, 49 ans, était membre du syndicat des ouvriers du bâtiment ; père de deux enfants, il avait été sérieusement blessé lors d'une manifestation en mémoire d'Ethem Sarısülük, l'une des victimes du mouvement de Gezi (photo du centre) ; il avait été portefaix, employé des dépôts, employé à la propreté... Il a été inhumé à Tosya (département de Kastamonu).  A droite Muhammet Demir, 19 ans, était étudiant en physiologie des neurones au CHU Al-Biruni d'Istanbul ; il était originaire du village de Bağışlı, Hakkari (extrême-est) où il a été inhumé.İsmail Kızılçay, 49 ans, était membre du syndicat des ouvriers du bâtiment ; père de deux enfants, il avait été sérieusement blessé lors d'une manifestation en mémoire d'Ethem Sarısülük, l'une des victimes du mouvement de Gezi (photo du centre) ; il avait été portefaix, employé des dépôts, employé à la propreté... Il a été inhumé à Tosya (département de Kastamonu).  A droite Muhammet Demir, 19 ans, était étudiant en physiologie des neurones au CHU Al-Biruni d'Istanbul ; il était originaire du village de Bağışlı, Hakkari (extrême-est) où il a été inhumé.

İsmail Kızılçay, 49 ans, était membre du syndicat des ouvriers du bâtiment ; père de deux enfants, il avait été sérieusement blessé lors d'une manifestation en mémoire d'Ethem Sarısülük, l'une des victimes du mouvement de Gezi (photo du centre) ; il avait été portefaix, employé des dépôts, employé à la propreté... Il a été inhumé à Tosya (département de Kastamonu). A droite Muhammet Demir, 19 ans, était étudiant en physiologie des neurones au CHU Al-Biruni d'Istanbul ; il était originaire du village de Bağışlı, Hakkari (extrême-est) où il a été inhumé.

Korkmaz Tetik était membre du Parti du travail EMEP ; alévi, il a été inhumé à la cemevi de Batıkent (Ankara). Au centre Veysel Atılgan avait neuf ans. A droite son père Ibrahim, 55 ans, a été directeur des chemins de fer à Diyarbakır puis à Ankara ; il était venu au meeting avec son fils. Ils ont été tous deux inhumés à Batman ; l'instituteur de Veysel, lors des obsèques : « Je ne pourrai plus jamais faire cours sans penser à toi ».Korkmaz Tetik était membre du Parti du travail EMEP ; alévi, il a été inhumé à la cemevi de Batıkent (Ankara). Au centre Veysel Atılgan avait neuf ans. A droite son père Ibrahim, 55 ans, a été directeur des chemins de fer à Diyarbakır puis à Ankara ; il était venu au meeting avec son fils. Ils ont été tous deux inhumés à Batman ; l'instituteur de Veysel, lors des obsèques : « Je ne pourrai plus jamais faire cours sans penser à toi ».Korkmaz Tetik était membre du Parti du travail EMEP ; alévi, il a été inhumé à la cemevi de Batıkent (Ankara). Au centre Veysel Atılgan avait neuf ans. A droite son père Ibrahim, 55 ans, a été directeur des chemins de fer à Diyarbakır puis à Ankara ; il était venu au meeting avec son fils. Ils ont été tous deux inhumés à Batman ; l'instituteur de Veysel, lors des obsèques : « Je ne pourrai plus jamais faire cours sans penser à toi ».

Korkmaz Tetik était membre du Parti du travail EMEP ; alévi, il a été inhumé à la cemevi de Batıkent (Ankara). Au centre Veysel Atılgan avait neuf ans. A droite son père Ibrahim, 55 ans, a été directeur des chemins de fer à Diyarbakır puis à Ankara ; il était venu au meeting avec son fils. Ils ont été tous deux inhumés à Batman ; l'instituteur de Veysel, lors des obsèques : « Je ne pourrai plus jamais faire cours sans penser à toi ».

Emine Ercan, 55 ans, était membre du Parti du travail EMEP, et mère de deux enfants ; elle était alévie a et a été ihnumée à la cemevi de Çorum. A droite Kübra Meltem Mollaoğlu était membre du HDP à Istanbul et candidate à la députation.Emine Ercan, 55 ans, était membre du Parti du travail EMEP, et mère de deux enfants ; elle était alévie a et a été ihnumée à la cemevi de Çorum. A droite Kübra Meltem Mollaoğlu était membre du HDP à Istanbul et candidate à la députation.

Emine Ercan, 55 ans, était membre du Parti du travail EMEP, et mère de deux enfants ; elle était alévie a et a été ihnumée à la cemevi de Çorum. A droite Kübra Meltem Mollaoğlu était membre du HDP à Istanbul et candidate à la députation.

Meryem Bulut, 70 ans, était une « mère de paix » (Barış annesi, groupement de mères de victimes de la guerre) et membre du conseil directeur du HDP de Şişli (Istanbul) ; son petit-fils avait été tué un an plus tôt à Şengal en combattant DAESH ; elle a été inhumée à Batman. le co-président du HDP Selahattin Demirtaş qui la connaissait bien lui a rendu hommage: "Elle était partout où il fallait défendre ou célébrer la paix. Toujours au premier rang, elle avait toujours la foi en sa cause et l'esprit de décision. Qui ne l'aimait pas? Les barbares de DAESH certainement, parce que les enfants de Meryem étaient des héros". Au centre Seyhan Yaylagül était âgée de 46 ans, mère de deux enfants ; elle était originaire d'Elbistan (centre Anatolie) où son mari est enseignant. Elle a été inhumée à la cemevi du lieu, aux côtés d'Ebru Mavi (à droite), 20 ans, une autre alévie tuée à Ankara ; Ebru était étudiante en chimie à l'université d'Ankara.Meryem Bulut, 70 ans, était une « mère de paix » (Barış annesi, groupement de mères de victimes de la guerre) et membre du conseil directeur du HDP de Şişli (Istanbul) ; son petit-fils avait été tué un an plus tôt à Şengal en combattant DAESH ; elle a été inhumée à Batman. le co-président du HDP Selahattin Demirtaş qui la connaissait bien lui a rendu hommage: "Elle était partout où il fallait défendre ou célébrer la paix. Toujours au premier rang, elle avait toujours la foi en sa cause et l'esprit de décision. Qui ne l'aimait pas? Les barbares de DAESH certainement, parce que les enfants de Meryem étaient des héros". Au centre Seyhan Yaylagül était âgée de 46 ans, mère de deux enfants ; elle était originaire d'Elbistan (centre Anatolie) où son mari est enseignant. Elle a été inhumée à la cemevi du lieu, aux côtés d'Ebru Mavi (à droite), 20 ans, une autre alévie tuée à Ankara ; Ebru était étudiante en chimie à l'université d'Ankara.Meryem Bulut, 70 ans, était une « mère de paix » (Barış annesi, groupement de mères de victimes de la guerre) et membre du conseil directeur du HDP de Şişli (Istanbul) ; son petit-fils avait été tué un an plus tôt à Şengal en combattant DAESH ; elle a été inhumée à Batman. le co-président du HDP Selahattin Demirtaş qui la connaissait bien lui a rendu hommage: "Elle était partout où il fallait défendre ou célébrer la paix. Toujours au premier rang, elle avait toujours la foi en sa cause et l'esprit de décision. Qui ne l'aimait pas? Les barbares de DAESH certainement, parce que les enfants de Meryem étaient des héros". Au centre Seyhan Yaylagül était âgée de 46 ans, mère de deux enfants ; elle était originaire d'Elbistan (centre Anatolie) où son mari est enseignant. Elle a été inhumée à la cemevi du lieu, aux côtés d'Ebru Mavi (à droite), 20 ans, une autre alévie tuée à Ankara ; Ebru était étudiante en chimie à l'université d'Ankara.

Meryem Bulut, 70 ans, était une « mère de paix » (Barış annesi, groupement de mères de victimes de la guerre) et membre du conseil directeur du HDP de Şişli (Istanbul) ; son petit-fils avait été tué un an plus tôt à Şengal en combattant DAESH ; elle a été inhumée à Batman. le co-président du HDP Selahattin Demirtaş qui la connaissait bien lui a rendu hommage: "Elle était partout où il fallait défendre ou célébrer la paix. Toujours au premier rang, elle avait toujours la foi en sa cause et l'esprit de décision. Qui ne l'aimait pas? Les barbares de DAESH certainement, parce que les enfants de Meryem étaient des héros". Au centre Seyhan Yaylagül était âgée de 46 ans, mère de deux enfants ; elle était originaire d'Elbistan (centre Anatolie) où son mari est enseignant. Elle a été inhumée à la cemevi du lieu, aux côtés d'Ebru Mavi (à droite), 20 ans, une autre alévie tuée à Ankara ; Ebru était étudiante en chimie à l'université d'Ankara.

Ali Deniz Uzatmaz, 19 ans, commençait tout juste des études d'électricité à Mersin ; il était responsable des jeunes travailleurs à Antep (sud, près de la frontière syrienne) ; il a été inhumé à la cemevi de Marache. Ziya Saygın, 56 ans était responsable du HDP à Sivas. Alévi lui aussi, il a été inhumé à la cemevi de Düzova (département de Sivas) ; il était père de deux enfants.Ali Deniz Uzatmaz, 19 ans, commençait tout juste des études d'électricité à Mersin ; il était responsable des jeunes travailleurs à Antep (sud, près de la frontière syrienne) ; il a été inhumé à la cemevi de Marache. Ziya Saygın, 56 ans était responsable du HDP à Sivas. Alévi lui aussi, il a été inhumé à la cemevi de Düzova (département de Sivas) ; il était père de deux enfants.

Ali Deniz Uzatmaz, 19 ans, commençait tout juste des études d'électricité à Mersin ; il était responsable des jeunes travailleurs à Antep (sud, près de la frontière syrienne) ; il a été inhumé à la cemevi de Marache. Ziya Saygın, 56 ans était responsable du HDP à Sivas. Alévi lui aussi, il a été inhumé à la cemevi de Düzova (département de Sivas) ; il était père de deux enfants.

Vahdettin Özgan était membre du HDP à Üsküdar (Istanbul), ainsi que Cemal Avşar, Selim Örs, Azize Onat et (non photographié) Ahmet Katurman.Vahdettin Özgan était membre du HDP à Üsküdar (Istanbul), ainsi que Cemal Avşar, Selim Örs, Azize Onat et (non photographié) Ahmet Katurman.
Vahdettin Özgan était membre du HDP à Üsküdar (Istanbul), ainsi que Cemal Avşar, Selim Örs, Azize Onat et (non photographié) Ahmet Katurman.Vahdettin Özgan était membre du HDP à Üsküdar (Istanbul), ainsi que Cemal Avşar, Selim Örs, Azize Onat et (non photographié) Ahmet Katurman.

Vahdettin Özgan était membre du HDP à Üsküdar (Istanbul), ainsi que Cemal Avşar, Selim Örs, Azize Onat et (non photographié) Ahmet Katurman.

Dicle Deli était une lycéenne de 17 ans, originaire d'Istanbul. Güney Doğan, lui aussi stambouliote, était étudiant en génie du bâtiment ; il était alévi. Il a été inhumé à la cemevi de Sarıgazi/Taşdelen, un quartier qui a accueilli des milliers de familles d'expulsés du sud-est dans les années 1990... Enfin Binali Korkmaz était retraité de l'İSKİ (Direction des eaux et canalisations d'Istanbul) et militant du HDP ; il était père de deux enfants dont Rojda, chef d'agence à DIHA (Agence de presse Dicle); également alévi, il a été inhumé à la cemevi de Küçükçekmece (Istanbul).Dicle Deli était une lycéenne de 17 ans, originaire d'Istanbul. Güney Doğan, lui aussi stambouliote, était étudiant en génie du bâtiment ; il était alévi. Il a été inhumé à la cemevi de Sarıgazi/Taşdelen, un quartier qui a accueilli des milliers de familles d'expulsés du sud-est dans les années 1990... Enfin Binali Korkmaz était retraité de l'İSKİ (Direction des eaux et canalisations d'Istanbul) et militant du HDP ; il était père de deux enfants dont Rojda, chef d'agence à DIHA (Agence de presse Dicle); également alévi, il a été inhumé à la cemevi de Küçükçekmece (Istanbul).Dicle Deli était une lycéenne de 17 ans, originaire d'Istanbul. Güney Doğan, lui aussi stambouliote, était étudiant en génie du bâtiment ; il était alévi. Il a été inhumé à la cemevi de Sarıgazi/Taşdelen, un quartier qui a accueilli des milliers de familles d'expulsés du sud-est dans les années 1990... Enfin Binali Korkmaz était retraité de l'İSKİ (Direction des eaux et canalisations d'Istanbul) et militant du HDP ; il était père de deux enfants dont Rojda, chef d'agence à DIHA (Agence de presse Dicle); également alévi, il a été inhumé à la cemevi de Küçükçekmece (Istanbul).

Dicle Deli était une lycéenne de 17 ans, originaire d'Istanbul. Güney Doğan, lui aussi stambouliote, était étudiant en génie du bâtiment ; il était alévi. Il a été inhumé à la cemevi de Sarıgazi/Taşdelen, un quartier qui a accueilli des milliers de familles d'expulsés du sud-est dans les années 1990... Enfin Binali Korkmaz était retraité de l'İSKİ (Direction des eaux et canalisations d'Istanbul) et militant du HDP ; il était père de deux enfants dont Rojda, chef d'agence à DIHA (Agence de presse Dicle); également alévi, il a été inhumé à la cemevi de Küçükçekmece (Istanbul).

Mehmet Zakir Karabulut, 25 ans, étudiait la cartographie à l'université de Tokat ; il était comptable du HDP de la ville ; il a été inhumé à Bitlis. A droite Leyla Çiçek, 23 ans, membre du HDP de Tarsus.Mehmet Zakir Karabulut, 25 ans, étudiait la cartographie à l'université de Tokat ; il était comptable du HDP de la ville ; il a été inhumé à Bitlis. A droite Leyla Çiçek, 23 ans, membre du HDP de Tarsus.

Mehmet Zakir Karabulut, 25 ans, étudiait la cartographie à l'université de Tokat ; il était comptable du HDP de la ville ; il a été inhumé à Bitlis. A droite Leyla Çiçek, 23 ans, membre du HDP de Tarsus.

Emin Aydemir, 48 ans, venu de Manisa, était ouvrier du bâtiment et membre du HDP à Saruhan. Il était père de quatre enfants. Il avait zté forcé de migrer de son village du département d'Ağrı'dan en 1993. Il était venu au meeting avec son fils qui a été épargné par l'explosion. Lors de ses obsèques sa mère Hatun, 88 ans, a chanté des "agıt" en kurde. A droite, Yunus Delice, 22 ans, né à Adıyaman (Kurdistan turc) où il a été inhumé. Il faisait des études d'infirmier à l'Université Celal Bayar de Manisa.Emin Aydemir, 48 ans, venu de Manisa, était ouvrier du bâtiment et membre du HDP à Saruhan. Il était père de quatre enfants. Il avait zté forcé de migrer de son village du département d'Ağrı'dan en 1993. Il était venu au meeting avec son fils qui a été épargné par l'explosion. Lors de ses obsèques sa mère Hatun, 88 ans, a chanté des "agıt" en kurde. A droite, Yunus Delice, 22 ans, né à Adıyaman (Kurdistan turc) où il a été inhumé. Il faisait des études d'infirmier à l'Université Celal Bayar de Manisa.

Emin Aydemir, 48 ans, venu de Manisa, était ouvrier du bâtiment et membre du HDP à Saruhan. Il était père de quatre enfants. Il avait zté forcé de migrer de son village du département d'Ağrı'dan en 1993. Il était venu au meeting avec son fils qui a été épargné par l'explosion. Lors de ses obsèques sa mère Hatun, 88 ans, a chanté des "agıt" en kurde. A droite, Yunus Delice, 22 ans, né à Adıyaman (Kurdistan turc) où il a été inhumé. Il faisait des études d'infirmier à l'Université Celal Bayar de Manisa.

Et pour ces cinq personnes, nous n'avons pas de photo:

Ahmet Katurlu, 40 ans, était membre du HDP à Üsküdar.

Sevgi Öztekin, était membre de l'EMEP.

Vedat Erkan avait 19 ans. Il avait terminé ses années de lycée à Baykan (ou Hawêl, département de Siirt) et avait rejoint son frère aîné à Ankara. Il avait rejoint le meeting avec des camarades de travail. Il a été enterré dans son village de Çelikli (Baqinê).

Enfin Dilaver Karharman, 61 ans, était père de cinq enfants. A Karaman (Anatolie centrale) d'où il était originaire et où il a été enterré, c'est son frère Ferit, imam, qui a fait la prière des morts. Selon Ferit, son frère était à Ankara au mauvais endroit, par hasard et sans motif politique.

Commenter cet article

Pinar 14/10/2015 10:10

Derrière des chiffres, des visages. Je suis toujours aussi dépitée: c'est donc si facile de tuer? Derrière un chiffre, une vie, une histoire. On se dit que les peuples en Turquie ne parviendront jamais à la paix si désirée.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents