Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Susam-Sokak

Turquie - Les racines du présent - Le blog d'Etienne Copeaux


Le point sur les événements après l'attentat de Suruç

Publié par Sarah Caunes sur 28 Juillet 2015, 21:27pm

Catégories : #La Turquie d'aujourd'hui, #Kurdistan

Voici un premier bilan, établi par la chercheuse Sarah Caunes, des arrestations, mises en examen, frappes aériennes qui ont principalement touché les positions kurdes

Conférence de presse tenue par la Fédération des associations de la jeunesse socialistes et le Parti des opprimés, après l'attentat de Suruç

Conférence de presse tenue par la Fédération des associations de la jeunesse socialistes et le Parti des opprimés, après l'attentat de Suruç

 

Après le massacre de Suruç, opération de propagande de l’État turc et répression massive contre les kurdes et les révolutionnaires

 

Après le massacre de Suruç, l’État turc, sous prétexte de lutte contre l’État islamique, réprime et déclare la guerre aux forces de gauche, progressistes et aux Kurdes.

Suite à l'attentat de Suruç et à une entrevue de l’État turc avec les États-Unis, l’État turc a lancé une vaste campagne de propagande et de désinformation, visant à faire croire qu'il s'était mis à lutter contre l’État islamique. L’État turc a ouvert à l'usage de la coalition internationale la base de l'OTAN d'Incirlik à Adana et mis en route une vaste opération visant à donner des gages de sa lutte contre l’État islamique en contrepartie de la garantie que les États-Unis les laisseront bombarder le PKK. La plupart des médias occidentaux et des journalistes ont repris en cœur la communication officielle de l’État turc selon laquelle sa politique de soutien à l’État islamique aurait changé.

Voici la phrase type reprise jusqu'à la nausée par tous les articles et reportages « Longtemps accusée de complaisance envers les groupes radicaux qui combattent le régime de Damas, le régime islamo-conservateur turc a opéré un virage après l'attentat suicide meurtrier, attribué aux djihadistes, qui a fait 32 morts parmi des militants de la cause kurde dans la ville de Suruç (sud). »
 

Pendant ce temps l’État a lancé une vaste opération d'arrestations qui vise principalement les Kurdes et la gauche ; sur 1050 personnes mises en garde à vue, seules 22 ou 44, selon les sources, viseraient l'Etat islamique (dont 24 auraient été relâchés), l'armée provoque des incendies dans plusieurs endroits du Kurdistan du Nord (Lice, Dersim) et l’État n'intervient pas pour les éteindre; plusieurs villages ont été brûlés et détruits, l'accès aux pâturages interdits. Les positions de la guérilla sont bombardées depuis des jours sans relâche. Des dizaines de sites Internet et comptes Twitter ont été interdits. Toutes les manifestations de protestations contre le massacre de Suruç et la répression qui s'est ensuivie sont interdites ou réprimées violemment et se soldent par de nombreuses gardes à vue.
 

Selon le rapport de l'association turque des droits humain (IHD) entre le 21 et le 28 juillet :

38 manifestations ont été interdites et/ou réprimées violemment. Des raids de police ont eut lieu contre quatre locaux d'organisations. Quatre policiers et trois gendarmes ont été tués.

Plusieurs personnes ont été tuées par la police ces derniers jours : à Istanbul Günay Özarslan, membre du DHKP-C; à Diyarbakır: Beytullah Aydın (11) Abdulkadir Aslan et Seyithan Dede, Bülent Güngör.

16 personnes dont trois enfants ont été blessées dans les manifestations réprimées par la police, auxquelles il faut rajouter celles et ceux qui ne se sont pas rendus à l’hôpital.

96 sites d'opposants de gauche ou kurdes ont été bloqués.

Quatre combattants de la guérilla kurde sont morts dans les bombardements et plusieurs civils blessés.

 

Tout cela est fait par un gouvernement illégitime puisque le parti AKP a été désavoué après les élections du 7 juin et ne devait plus gouverner seul: un gouvernement de coalition devait se former. A l’heure actuelle aucun gouvernement n'a été formé, c'est donc dans cet entre-deux que sont prises toutes ces décisions et mise en place cette politique.

Vaste opération visant à lutter contre « les organisations terroristes » dans lesquelles sont inclus DAESH, mais aussi le PKK et le DHKP-C.

Les déclarations du gouvernement illégitime sont de nature à entretenir la confusion. En effet concernant les arrestations et emprisonnements ce sont toujours des chiffres globaux qui sont donnés, il est donc impossible, si l'on ne s'en tient qu'à ces sources, de savoir combien de personnes de chaque organisation ont été interpellées.

L’État turc fait croire au monde qu'il s'est mis à lutter contre l’État islamique, mais en réalité ce dont il s'agit c'est de prendre une revanche après les élections du 7 juin. Les indices de collaboration encore actuelle entre l’État turc et l’État islamique, la mansuétude de l’État turc envers Daesh se poursuivent.

Quelques éléments sur la collaboration état turc-état islamique :

- La plupart des membres présumés de l’État islamique arrêtés ces derniers jours ont été relâchés.

Par exemple, les dix personnes mises en garde à vue à Adiyaman (ville d'où sont issus le kamikaze de l'attentat de Suruç et l'homme qui a posé des bombe à Diyarbakir au meeting du HDP en juin) suspectées d'être membre de l’État Islamique ont été toutes relâchées sous contrôle judiciaire.

http://www.diken.com.tr/adiyamandaki-isid-operasyonunda-gozaltina-alinanlarin-tamami-serbest/

 

- Le 7 août 2014, lors de l'affaire des personnels consulaires turcs retenus par l’État islamique à Mossoul, Davutoglu, Ministre des Affaires Étrangères à l'époque, avait déclaré à propos de l’État islamique : « L’État islamique n'est pas une organisation terroriste, il s'agit d'un groupe de gens réunis par la colère ».

 

- L’état islamique, sur un compte Twitter, ne s'y trompe pas qui écrit « même si la Turquie du fait des pressions internationales a été obligée de faire quelques attaques, cela ne va pas durer. »

 

- A Izmir par exemple, deux des sept personnes arrêtées pour soupçon d’appartenance à DAESH se sont avérées être membres de l'AKP.

http://www.ulkucumedya.com/tutuklanan-isidciler-akpli-cikti-13312h.htm

- Lors des charges de police contre les manifestations de protestation du massacre de Suruç de ces derniers jours, il a été constaté plusieurs fois que les policiers criaient « Vive l'état islamique! » et/ou criaient « Allahu ekber! » en attaquant les manifestant-es.


 

Les gardes à vues visent en premier lieu les kurdes et l'opposition de gauche.

-http://www.rfi.fr/europe/20150724-vague-arrestations-turquie-opposition-craint-piege-etat-islamique/

« La plupart des garde à vues sont contre les gens de gauche et les Kurdes. La police turque a procédé vendredi 24 juillet, dans la matinée, à près de 300 arrestations. Quelques individus liés au groupe État islamique, mais en majorité des militants kurdes et d’autres d’extrême-gauche.

L’opposition de gauche et kurde souligne pourtant de son côté que les arrestations ont surtout visé l’opposition démocratique, alors que les réseaux islamistes, les cellules dormantes de l’organisation État islamique ne semblent pas avoir été démantelées. La grande majorité de ces arrestations concernaient en effet les Kurdes et la gauche alévie. Les médias soulignent d’ailleurs la différence de traitement entre les islamistes, arrivant les mains dans les poches à la Direction de la sûreté, et les autres, menottés, bâillonnés et malmenés par les policiers. »
 

Gardes à vue Istanbul de suspectés d'appartenance à DAESH 36 personnes toutes d'origine étrangère (donc obligation de les relâcher ou de les expulser par la suite).

Gardes à vue à Istanbul de suspectés d'appartenance au PKK: 66 personnes.

Au total au 25 juillet 2015, 297 gardes à vues dont 37 ressortissants étrangers.

Diyarbakir : 17 PKK gardés à vue.

Selon Hürriyet, au 25 juillet, le décompte des gardes à vue dans 16 départements :

Iğdır: 9 personnes du HDP/DBP.

Adana: 32 personnes membres présumés de YDG-H.

Mersin: 21 personnes du PKK.

Adıyaman: 8 personnes de DAESH.

Kocaeli: 13 personnes du PKK, relâchés le soir même.

Ankara: 5 YDG-H, 9 DAESH.

Elazığ: 5 YDG-H.

Şanlıurfa: 35 YDG-H.

İzmir: 7 PKK, libérés le soir même. 6 DAESH.

Antalya: 2 PKK.

Bursa: 10 YDG-H.

Bitlis: 8 YDG-H.

Bingöl: 9 PKK.

Muş: 10 YDG-H.

Total : présumés appartenant au PKK/YDG-H/HDP : 165 personnes

présumés appartenant à DAESH : 23 personnes.

Le 26 juillet:

Izmir : 13 PKK

Diyarbakir : 21 PKK

Les gardes à vues continuent...
 

Selon la déclaration du 27 juillet 2015 du Centre de Coordination Présidentiel, dans le cadre de l'opération en cours contre les organisations comme l'Etat islamique, PKK, DHKP-C, MLKP, 1050 personnes ont été mises en garde à vue. Les motifs de mise en garde à vue sont connus pour 789 d'entre elles. Au cours des opérations menées dans 34 départements, 542 personnes auraient été arrêtées pour appartenance présumée au PKK, 148 pour appartenance présumée à l'état islamique, 14 MLKP, et 66 personnes pour participation à diverses manifestations de protestation.

Selon l'association turque des droits humain (IHD), au 28 juillet 2015, 1050 personnes ont été mises en garde à vue depuis le 21 juillet, 49 emprisonnées; les gardes à vue se prolongent pour beaucoup, le nombre de personnes emprisonnées va augmenter. Pour l'association des droits humains ces opérations rappellent celle contre le KCK qui ont eut lieu entre 2009 et 2013 qui avaient visé plus de 10 000 personnes.

(http://www.imctv.com.tr/ihd-yapilan-operasyonlar-kck-operasyonlari-hatirlatiyor/)
 

Selon d'autres sources seules 40 ou 44 personnes de l'état islamique auraient été arrêtées sur les 1050 dont 24 relâchées.


 

Les bombardements : montrer l’État islamique et bombarder... la guérilla

Selon des sources proches de DAESH (agence de presse Vahdet), 3 cibles de l’État islamique auraient été bombardées pendant 13 minutes dans la nuit du 23 au 24 juillet, visiblement pas de dommages à constater.

Selon un dirigeant de l’État islamique en Turquie, les cibles visées par les avions de l’État turc étaient des lieux abandonnés, il n'y a donc pas de dommages à constater. Par ailleurs, il déclare que l'organisation aurait 1000 membres en Turquie et qu'il y aurait 2000 Turcs au sein de l’État Islamique.

http://t24.com.tr/haber/isid-yoneticisi-turkiyede-bin-uyemiz-var-tsknin-vurdu-yerler-eski-karargahlarimiz-ciddi-kaybimiz-yok,304200
 

Par ailleurs selon des déclarations des YPG reprises par une dépêche AFP, les blindés de TSK aurait aussi pris pour cibles des positions des YPG et de l'Armée Syrienne Libre au nord de la Syrie près de Kobane et de Cerablus et ce à au moins deux reprises.

http://tr.sputniknews.com/ortadogu/20150727/1016780732.html

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-Turquie-bombarde-un-village-en-Syrie-controle-par-les-forces-kurdes-2015-07-27-1338537

 

Par contre les bombardements contre les bases de la guérilla du PKK, au 25 juillet 2015 il y a eu au total 3 opération aériennes de bombardements en deux jours, dans lesquels 75 avions de guerre dont 50 F-16, 25 F-4E 2020 terminatorww. Les avions de guerre ont fait 155 sorties depuis la base militaire de Diyarbakir. 400 cibles ont été bombardées par près de 300 bombes. En plus de bombes-lasers, des bombes de type MK-82 de 230 kg à forte capacité destructrice ont été utilisées. Les avions ont commencé à décoller vers 22h55 et sont rentrés vers 23h50. Vers 24h, 6 avions de plus ont décollé pour aller bombarder les positions de la guérilla. Vers 1H15 les positions de la guérilla à Kandil ont été bombardées.

Le 25 juillet vers 10h les bombardements sur les positions du PKK ont repris. 25 avions de guerre qui ont décollé des bases de Diyarbakir, Incirlik, Malatya et Batman, et ont bombardé jusqu'à 12h30.

Il y a de nouveau eu des bombardements pendant plusieurs heures les jours suivants, contre les positions du PKK.

Conclusion : 13 minutes pour l’État islamique, plusieurs jours pour le PKK.


 

De Sevket Timur, 25 juillet 2015

A mes amis et camarades,

La situation en Turquie est extrêmement grave. L'Etat a décidé de profiter du massacre de 32 militants socialistes et de la tension qui en découle pour tenter de liquider la gauche turque sous couvert de lutte contre l’État Islamique.

Ce sont plusieurs centaines de militants qui ont été raflés en deux jours. Des syndicats attaqués. Une militante assassinée, la salle de prière où reposait sa dépouille attaquée puis incendiée par la police.

L'armée turque a envahi le Kurdistan Irakien pour pourchasser les militants du PKK. La manifestation de demain [dimanche 26] pour la paix et contre le djihadisme a été interdite par l’État à Istanbul.

Les méthodes employées par Erdogan relèvent du coup d’État.

Une grande colère règne dans la gauche turque, kurde, chez les jeunes, les alévis.

Je n'aurai pas la possibilité d'écrire dans les jours qui viennent.

La solidarité internationale est plus importante que jamais.

Vive la lutte des jeunes, des femmes, des travailleurs, des kurdes, des alévis, des révolutionnaires de Turquie

 

De Naz Öke, 25 juillet 2015

Sous couvert de mener des opérations contre le DAESH, arrestations massives des opposants de gauche turcs et kurdes en Turquie. Aux dernières élections, le score très encourageant de HDP, parti de gauche issu des mouvements pro-kurdes, mais qui, entre autres grâce à son leader Selahattin Demirtaş, est devenu véritablement un parti progressiste de Turquie, transcendant complètement son caractère communautaire, a fortement déplu aux players classiques de la vie politique turque qui aiment fonctionner plutôt sur des modes de clivage, et de guerre civile larvée, toujours imminente, qu'on réactualise à souhait, afin de maintenir un état d'urgence et de terreur permanent.
Là ce soir, ça sent le retour aux années sombres, très sombres.

 

Manifestations pour la paix et manifestations de protestation du massacre réprimées avec beaucoup de gardes à vues.

Attaques contre les cérémonies d'obsèques des martyrs.

Une personne exécutée dans sa maison lors des opération d’arrestation.

 

http://www.secoursrouge.org/Turquie-Bombardements-contre-le-PKK-jusqu-en-Irak-nouvelle-journee-de

 

http://www.secoursrouge.org/Turquie-La-police-disperse-une-manifestation-contre-l-Etat-islamique

 

 

http://www.secoursrouge.org/Turquie-Bombardements-contre-le-PKK-jusqu-en-Irak-nouvelle-journee-de

 

http://www.secoursrouge.org/Turquie-Plus-d-infos-sur-l-operation-de-ce-matin

 

Nous vous annoncions ce matin qu’une énorme opération antiterroriste avait lieu en Turquie. Nous avons à présent plus d’informations : l’identité de la militante du DHKP-C abattue, il s’agit de Günay Özarslan. La police a interdit aux avocats l’accès au lieu du meurtre ainsi qu’à l’autopsie avec l’objectif apparent d’obscurcir les circonstances du meurtre. Les perquisitions visaient principalement le DHKP-C, le PKK, YDG-H et le HDP. L’annonce du gouvernement de perquisitionner également dans les milieux islamistes serait donc surtout un effet d’annonce visant à minimiser la collaboration entre la Turquie et l’État Islamique.

 

Déclaration de Euromed Rights

http://euromedrights.org/fr/publication/escalade-de-la-violence-en-turquie-nouveau-coup-dur-pour-les-droits-humains/

 

« Les médias en ligne de l’opposition auraient été bloqués et la police aurait fait une descente dans les locaux du syndicat des enseignants (Egitim-Sen) le 25 juillet. Bien qu’autorisées par les autorités turques à pénétrer dans la capitale pour bénéficier de soins médicaux, des familles en provenance de Kobané souhaitant se rendre à Ankara ont été arrêtées.

Rona Temelli, la secrétaire des femmes de l’antenne du Syndicat des fonctionnaires des services sociaux et de santé (SES) basée à Ankara, a elle aussi été arrêtée. »

 

Concernant la descente dans les locaux de Egitim-Sen à Ankara, la police est venue et à voulu faire une fouille mais n'avait pas d'autorisation légale donc les gens les en ont empêché, puis la police est revenue avec une autorisation du procureur et ils ont commencé à fouiller les locaux d'Egitim-Sen.

A Adiyaman 3 membres d'Egitim-Sen mis en garde à vue. A Ankara, 11 personnes qui étaient hébergées dans les locaux du syndicat ont été mises en garde-à-vue. (blessés.)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents